Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 septembre 2014

J'ai acheté une table basse

Elle nous manquait. 

Je l'ai cherchée avec amour sur Internet. J'ai d'abord cherché une "table basse orientale" parce que je croyais que c'était ça, ce que je voulais. En fait, non. "Table basse orientale" ça veut tout et rien dire, ça veut dire un truc vachement travaillé, à l'indienne, ou un truc avec un plateau en verre, ou un truc avec tout plein de couleurs ou du doré ou des perles, ou... bref, c'était pas ça.

Au fur et à mesure de mes recherches j'ai fini par découvrir que ce que je voulais, c'était une table "opium". Vous voyez le style ? Un truc comme ça :

Et puis je me suis demandée si le bois un peu rouge ça passerait avec le bois sombre de nos bibliothèques et le bois plus clair du buffet et le hêtre clair du bureau. J'ai décidé que oui, sans doute que oui.

Et puis avec la Grenouille on s'est demandés si notre modèle avec des tiroirs, c'était un bon plan.

table-basse-opium-avec-tiroirs

On s'est dit que oui, que les tiroirs c'était pratique pour les crayons de couleur qui traînent, et que le trou au milieu ferait pour les 15 000 dessins de la Petiote. 

Donc, on l'a achetée.

Ils ont dit 3-4 semaines de livraison, ils ont mis 1 semaine. Youpi !

 

 

Bon, au final, la couleur est pas top, les tiroirs, ça fait bizarre, et la table est trop grande. On l'a recouverte d'un joli tissu, ça fait vachement mieux.

 

Comme quoi, des semaines de recherche avec amour, c'est pas toujours la solution.

07 avril 2014

Histoire d'une rapatriation - II

Mardi prochain, je retourne au taf. Ca a mis le temps, et en même temps, tout ça s'est fait assez rapidement. Pour être plus clair : l'entretien en question, je l'ai passé il y a un bail ; le temps que tout se mette en place, que j'aie une réponse positive officielle et une date de démarrage, nous voici à la mi avril.

Tout ça n'est pas grave. J'ai pu profiter de mes enfants, les installer en douceur dans leur nouvelle vie - école, activités, cantine, garderie, etc. J'ai pu [essayer de] gérer la paperasse afférente à un retour en France (pfiou !).

Dans l'ensemble, nous sommes très contents de notre sort. Il semblerait que j'aie très bien choisi notre appart' - il est central, super beau, super pratique et super grand. Les petits ont leurs "appartements" et nos les nôtres. Nos fenêtres font 3m de haut et le soleil brille tous les jours sur le parquet ciré, projetant au sol les silhouettes du fer forgé qui les encadre. 

La Grenouille n'est pas restée dans son travail d'origine. Celui-ci ne convenait pas, c'est comme ça - le poste nous a permis de rentrer, c'est ce qui compte. Il y avait un plan B, l'argent devrait donc continuer de rentrer de son côté comme du mien.

Désormais, je fais des listes de Choses que j'aimerais acheter un jour quand j'aurais de l'argent et nous profitons du soleil, qui ne nous lâche plus. 

 

Hallelujia, la vie est belle.

19 décembre 2013

Histoire d'une rapatriation - I

Ce jour j'ai terminé mon boulot dans l'entreprise qui nous accueillait jadis tous deux. 

Ce jour marque le début de notre grande aventure de Rapatriation. Eh oui, l'heure a sonné, nous rentrons au bercail.

 

Noël sera passé ici, sur notre île verte, en compagnie d'un couple d'amis franco-irlandais et de leurs 3 enfants. 

Le 31 décembre nous embarquerons sur un ferry qui nous mènera à Cherbourg, d'où nous commencerons notre descente hivernale vers le sud. Un hôtel troglodyte nous accueillera pour la nuit, histoire de couper en deux un voyage potentiellement fort pesant.

Une nouvelle aventure commence - celle du retour en France des Français plus si français !

De nouvelles problématiques se poseront à nous - problématiques politiques, sociales, économiques. Nous devrons nous réhabituer à la French Way, que nous ne pourrons plus appeler ainsi mais devrons plutôt nommer la méthode française, la façon de faire française, les processus "à la française". 

Nous retrouverons avec sourires et soulagement ces choses que nous aimions tant et dont nous avons même pu oublier qu'elles nous manquaient : les quenelles, les endives, le fromage, les vraies tomates. Le vin à 4 euros, les vrais chocolats belges - voire drômois ! - la charcuterie (aïe aïe aïe la ligne), les jolis objets pour enfants sans personnages télé dessus, les garderies scolaires gratuites, les autoroutes, les beaux immeubles, le bon goût vestimentaire, l'architecture antérieure au 20e siècle.

Mais nous replongerons également au sein de ces spécificités françaises qui ne nous manquaient pas et qui nous agaceront d'autant plus maintenant que nous avons appris à apprécier une vie sans : les grèves constantes, les râleries et contestations systématiques , les Principes qui empêchent le pragmatisme, la pomposité et le connaisseurisme.

Il faudra passer par la case Pôle Emploi et la recherche d'emploi avec ses exigences en termes de Diplômes et d'Expérience (au détriment du Savoir faire et du Pouvoir faire), affronter le froid, se replonger dans le formalisme administratif. 

Nous retrouverons un cercle familial étendu, une offre de babysitting gratuite et enthousiaste, des attractions culturelles à n'en plus savoir que faire, des terrasses pour l'apéro, des bistros pour des chocolats chauds, des théâtres de poche, des musées, des parcs...

On rentre en France - c'est merveilleux !

On rentre en France - c'est tortureux !

On rentre en France - c'est un fait. Allons de l'avant, moussaillons !

 

 

23 mai 2013

Nan mais sérieusement

Je râle régulièrement contre ce genre de trucs, mais la bêtise humaine ça me débècte. Une de mes "amies" Facebook (ben pourquoi je l'ai friendé si c'est pas ma pote? Ben, tu sais bien, pour espionner et bitcher, ça sert à ça aussi, Facebook) a posté ce truc aujourd'hui. Un lien vers un article de journal irlandais en ligne, avec comme commentaire : "Unacceptable!". OK. Je lis l'article pour voir ce qui est unacceptable.

Et ben voyez vous, c'est un de ces articles typiques qui t'expliquent qu'un drame s'est peut-être produit et qu'une enquête est en cours pour voir si la personne mise en cause pour acte horrifiant est effectivement coupable d'un acte horrifiant et dramatique. Une petite citation dans l'article d'un mec de la police (quand même, faut bien), pour te dire que vu que l'enquête est en cours, il peut rien dire. OK. L'article fait donc 3 pages, et l'information qu'il nous donne, la seule info qu'il nous donne, est contenue dans la première phrase :

GARDAI AND THE HSE are probing claims  children were mistreated by staff in Dublin creches following an undercover investigation by RTÉ’s Prime Time.

 

Bon, allez, je vous ai menti : y a une autre info dasn l'article : l'enquête porte sur 3 crèches de Dublin. Bien qu'elle ne soit pas terminée, le nom des crèches en question est cité. Histoire de bien ameuter tout le monde et d'affoler les foules. Faut bien donner à manger au peuple, que diable ! Les parents, apprend-on, sont très inquiets. Tu m'étonnes.

Bon, en quoi consistait l'horrible traitement infligé aux enfants (piquet à répétition ? pas de dessert ? réchauffement de lait maternel au micro-ondes ? grosses baffes ? coups de fouet ?), on le saura pas, ni même si la journaliste est une bab anti-discipline s'étant fixé comme mission personnelle d'évangéliser la terre sur l'éducation douce. Bref, on ne saura rien, y a vraiment rien à dire, mais quand même, c'est horrifiant, n'est-ce pas ?

Pétard mais les gens, si vous ne savez pas de quoi vous parlez, n'en parlez pas ! Ne jugez pas à la hâte ! Vérifiez vos sources et attendez le verdict avant de relayer des informations calomnieuses  à droite et à gauche !

 

Bon, OK, il a bien dû se passer quelque chose de pas tout à fait normal dans ces crèches pour que la nana alerte les services sociaux. Mais zut, dire que quelque chose est inacceptable alors qu'on ne sait même pas ce qui s'est passé, non, quoi ! C'est inacceptable !

24 avril 2013

Cette semaine...

... j'ai fait des rêves bizarres.  Comme des paysages d'éléphants à l'envers décrivant des lettres de l'alphabet mouvantes avec leurs pattes. Que je prenais en photo, sur le thème "forêt de pieds d'éléphants". 

... je me suis énervée un peu sur un forum où une nana mythomane racontait que sa gamine était malade et qu'on l'avait envoyée à l'hôpital et qu'ils devaient lui faire tout un tas d'examens, etc. Je me suis énervée contre les gens qui l'accusaient sans preuve, parce que je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer cette bande de furies dans une salle de tribunal, devant un black accusé de viol, usant d'arguments du style "il était là donc il est coupable", de la même manière que "elle était connectée sur le forum ce matin" (= son nom apparaissait en bas du fil de discussion parmi la liste de personnes connectées, ce qui signifie que son navigateur est connecté à Internet et qu'elle a un onglet ouvert sur le fil de discussion) devient "elle était là à lire nos posts et elle ne répond pas, donc elle est coupable". Je me suis un peu foutue la honte. Le pire, c'est que je pense aussi, au bout du compte, que la nana en question est un peu mytho, donc pourquoi j'enrage? Parce qu'une conviction personnelle et un lynchage public, ça n'a pas le même poids, ni les mêmes conséquences. Mais apparemment je suis la seule à saisir la différence, ou à être troublée par celle-ci.

 

...je me suis foutue dedans au boulot, en soulevant des questions qui emmerdent tout le monde et sur lesquelles personne n'est d'accord. Ou alors personne n'est d'accord avec moi. C'est pareil, lol. (ouais, je dis "lol", et puis zut)

 

...j'ai repris 1 p***ain de kilo et demie, ce qui n'est rien, et ce qui est beauoup. J'ai faim, faim, faim, et qu'une envie, de bouffer du fromage. Médeu.

 

...j'ai foiré mon grand coup d'autorité consistant à "interdire au Pouitch de finir de faire son violon", espérant que l'interdiction rendrait l'acte désirable. Que nenni, rien àf, il a pas pigé en quoi c'était une punition. Forcément. Bon, on refera pas. 

 

...j'ai regardé plein d'épisodes des Carrie Diaries, encore une série américaine à la conne où les nanas de 15 ans se maquillent comme des pros (et sont maquillées dès le matin), ont une confiance en elles indestructible, et se vantent de n'avoir jamais rien cuisiné de leur vie. 

 

...j'ai quand même fait de jolies photos (vaguement) au zoo. J'voulais vous en mettre une, mais ça marche pas. Tant pis !

23 avril 2013

Lily

Lily est notre Grande Responsable de Tous Les Maux.

Comme le grand frère n'est pas toujours dans les parages pour être accusé et que notre princesse Pouitchenette a rapidement dû se convaincre que dire "my brother hit me!" n'était guère pertinent quand ledit frère est à 50m de là, elle a fait entrer en scène notre grande amie - ou plutôt, notre grande ennemie - Lily.

 

Lily fait tomber ses céréales par terre.

Lily crie.

Lily griffe.

Lily met le bazar.

Lily tape.

Lily badigeonne le visage de la Pouitchenette de chocolat.

Lily déchire les robes.

 

Lily est un peu martyre aussi, car même lorsque la Grenouille-Rosbif s'avoue coupable d'un crime, c'est Lily qui prend. 

Le seul problème, c'est que Lily ne nettoie pas toujours derrière elle, et que le marqueur indélébile sur le lino, c'est la Grenouille-Rosbif qui doit l'enlever.

Pas cool, Lily.

27 février 2013

Et ça continue

ou plutôt, ça recommence.

 

Les culottes.

L'angoisse de part et d'autre.

La bonne volonté, le savoir théorique, l'espoir.

L'échec, le désespoir, le refus.

 

Bouh bouh bouh. 

 

Ma fille a 3 ans et n'a aucune idée comment faire caca sur le pot. Et ne veut pas se lancer.

17 février 2013

l'avantage quand on est malade...

.... c'est qu'en quelque sorte, on profite de ses gosses. 

Ben ouais, parce qu'au lieu de passer ma journée à leur dire : "pas maintenant chéri, je suis super occupée à faire la vaisselle / à trier le linge / à faire du repassage (oui, oui, je fais encore du repassage) eh ben je suis dans mon lit à glander. 

Donc ma fille a passé l'après-midi avec moi, à raconter des trucs et des machins (don't ask me what...). Et ce matin j'a fait une longue partie de bataille navale avec mon fiston. Oui, ça prend des plombes, mais j'avais du temps, puisque je ne fais rien d'autre que de m'apitoyer sur  mon sort. Et être vaguement dispoible (sans trop de cerveau) pour mes gosses.

 

Là, par exemple, on regarde Petit Ours Brun et le bébé. C'est la 15e fois en 24h qu'on le regarde. Je ne faisais plus ça avec ma fille. Avec le Pouitch, oui. Mais maintenant, je n'ai plus le temps. Sauf là, ce weekend, parce que je suis malaaade.

 

Youpi, et vive la grippe.

13 février 2013

Recette pour la paix dans le monde.

"OK, but Mummy".

"Yeah?" 

"Why don't they - listen, I have an idea. I know what they can do. Why don't they count how many people in the world believe in God and how many believe in Jesus and how many believe in the other ones and then, how do you say it..."

"Choose the one with most votes?"

"Yeah".

 

Bah, ouais. Nan ?

Le mariage, les bébés, et tout et tout

Darren, c'est fini. Maintenant, c'est Isaac. 

Nan mais, j'voulais juste vous l'dire. Si jamais vous aviez du mal à suivre.