Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 avril 2012

Tiercé gagnant : ours en peluche, musique ethnique et alliance galactique

Deuxième journée de convalescence pour le Pouitch après son opération des végétations. Nous sommes à la maison, et comme je le lui avais promis, nous regardons la trilogie originale de Star Wars. Il me la réclamait à cors et à cris, après avoir consulté d'autres cyberpapas sur un forum, je me suis décidé à le laisser regarder ce space opera ultraviolent !

(D'ailleurs sur cet espace de discussion, on trouvait quelques aigris pour expliquer qu'il était inqualifiable :

- qu'un père s'en remette à Internet pour l'éducation de ses enfants,

- que des enfants regardent la télé au lieu de jouer dans la boue et sous la pluie...

Mais ceci est une autre histoire.)

Feux d'artifice, confetti, danses et tam-tam... Il y avait comme un air de fête lorsque nous avons terminé ce 3e épisode (enfin le 6e chronologiquement, mais le 3e dans l'ordre de la réalisation des films, bref, vous m'avez compris ou pas, mais c'est la faute à Voltaire aux prequelles aux prélogies...).


 

Un air de fête, donc, voyez plutôt, mais j'ai trouvé qu'on finissait sur une note de légèreté frisant le ridicule ! Bien sûr, qui suis-je pour critiquer le grand, que dis-je, l'IMMENSE Georges Lucas et tout et tout... Personne, c'est entendu, mais tout de même, qu'on se le dise :

- les feux d'artifice, c'est kitschissime, et en l'an 10 000 avant J.-C. (enfin y'a très longtemps, quoi), ça devait pas être bien plus tendance.

- voir des nounours patauds danser et surtout sauter de joie au milieu des arbres, ça fait sourire.

- qu'ils le fassent au son des flûtes indiennes façon un indien dans la ville, ça fait presque rire.

- quand on voit des gusses en combinaison orange fluo, euh pardon, d'héroïques pilotes de chasseurs de l'alliance, un peu paumés, se joindre à la fête des nounours et se déhancher gaiement comme dans une boîte de nuit rétro, ça fait drôle.

- quand le généralissime Lando Calrissian se met à taper dans les mains comme votre oncle rigolo pour une animation du DJ de votre mariage entre la poire et le fromage, ça devient franchement réjouissant !

Le père Lucas, je le trouve excellent conteur, mais ses séquences émotion ne sont pas à la hauteur de tout le reste. Je me souviens encore avec des frissons d'horreur du baiser final entre Anakin Skywalker et Padmé, dans l'épisode 2...

Enfin, tout ça c'est pas bien grave, ça plaît au Poulet et même à la Pouitchenette !