Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 mars 2012

Des dangers de la traduction pour un petit bilingue footeux

Mise en contexte : Sous l'influence de ses petits copains, Tristan devient (un peu) footeux. On s'entraîne aux tirs au but et on a regardé un bout du derby Saint-Etienne/OL samedi dernier, il était aux anges. A mon plus grand dam, il a pris fait et cause pour les lyonnais, et il est pas prêt de lâcher le morceau. De but en blanc dans la voiture qui nous ramène du supermarché, il se met à me questionner sur les prouesses de l'OL. Sont-ils les premiers ? Gagnent-ils tous leurs matchs ? Je lui explique qu'ils ont été champions de France X fois dans les années 2000. C'est alors qu'il me lance, avec le plus grand sérieux...

Traduction : "Papa, combien de tasses ils ont gagné, Lyon ?"

tasse olympique lyonnais

 

 

 

Petit blanc... Je cherche à comprendre, puis éclat de rire, je corrige en "coupe", mais mon fils n'en démord pas, piqué au vif. Il m'explique mon erreur... "Mais en anglais, papa, c'est 'cup' !" Je lui ai appris un nouveau mot, qui lui servira sans doute s'il devient journaliste sportif, ou seulement s'il veut gloser foot en France.

 

 

 

 

Explication : Ben j'en ai pas, je suis pas linguiste, mais c'est sûrement sémantique, tout ça :)


Moralité : le sport, ça surprend, et pas seulement sur le terrain... Bon, je vous laisse, je vais me faire un thé dans ma tasse ASSE !

26 janvier 2012

Euh...

C'est l'heure de changer la couche.

"Mattie, we're going to change your nappy now. Lie down now, come on."

"Mattie, I need you to lie down now. You can keep playing with that while I change your nappy if you like. lie down."

"MATTIE I SAID LIE DOW- now where do you think you're going, lady?!? Do you want to go piquet? Cos piquet is where you're going to go if you don't-

Pouitchenette : "Yeah."

Grenouille-Rosbif: "Oh, you're going piquet, are you?"

"Yeah".

La Grenouille-Rosbif attend, médusée, incrédule, pendant que la Pouitchenette, qui n'a pas envie de mettre sa couche tout de suite maintenant, va au piquet toute seule, entre la porte de la cuisine et la poubelle. 

La Pouitchenette reste 20 secondes au piquet, sans mot dire.

La Pouitchenette revient.

"So are you ready to change your nappy now?"

"Yeah."

La Grenouille-Rosbif allonge la Pouitchenette sur la table, et la couche est changée.

 

The End.

15 janvier 2012

L'album photos avec la Pouitchenette

Donc, nous repassons les photos de Noël.

"MY Mamie Fanchon !" s'exclame la Pouitchenette.

"MY Mummy!  MY  Daddy!"

"MY tonton!"

"MY Tristan!"

"MY that!" (ça c'est quand elle a oublié le nom de quelqu'un)

"MY Mathilde!"

"MY necklace!"

"MY bracelet!"

"MY tick-tock!"

"MY Lego Tristan!"(ça c'est le lego du Pouitch)

 

 

 

 

12 janvier 2012

Stratégies de sevrage

Et donc, Mathilde, 2 ans maintenant, est toujours et encore au sein.

Et ça commence à me soaouler un peu. 

"Ben sèvre-la", je t'entends dire. Mwahahaha. J'aimerais bien t'y voir.

 

Comment sèvre-t-on une enfant de 2 ans de son premier et principal moyen de réconfort ? Comment se passe-t-on de la Solution Miracle et Instantanée à Tous les Problèmes de la Terre ? 

Grande question. 

 

J'use donc d'une stratégie lente et efficace qui s'appelle le lavage de cerveau. Où je lui dis, en gros, que 

Le Sein, c'est Pas Bien, et que Les Câlins, c'est Très Bien.

 

D'abord je lui ai dit que moi j'adooooorais les câlin de grandes. Ceux où elle blotit sa tête dans le creux de  mon cou, où je peux embrasser ses cheuveux soyeux et lui chatouiller la nuque. Celle où j'entends sa respiration dans mon oreille.

Je lui ai donc fait un blabla interminable sur les bienfaits du câlin de grande fille, mais elle, elle s'en fout. Elle, ce qu'elle aime, c'est le sein. 

Soit.

 

Donc, j'ai essayé de systématiser les notions de Big Girl's Cuddle et celle de Baby Cuddle, histoire de pousser le lavage de cerveau à son extrême. Et donc, à chaque fois me prend par la main et m'ordonne de m'asseoir, je lui dis qu'enfin, ma chérie, tu es trop grande pour ça, tu es une grande, grande fille maintenant, tu parles très très bien, et bientôt tu vas aller sur le pot, tu n'est plus un bébé, le sein, c'est pour les bébés, etc. etc. etc.

A. Chaque. Fois. Trois fois de suite.

 

Ben Pouitchenette, ça lui plaît bien, la notion de Baby Cuddles. C'est encore plus pratique pour demander le sein. Désormais, le soir, les ordres sont sans équivoque.

 

"Sit down, Mummy! BABY CUDDLES !"

 

Et moi, j'ai plus qu'à aller me brosser pour la sevrer.

19 décembre 2011

Le Pouitch est un rebelle slash délinquent en herbe slash artiste

Donc, le Pouitch écrit des cartes de Noël pour ses copains. Pasque ça se fait ici, d'écrire des cartes de Noël pour ses copains. 

A l'intérieur de la carte, il écrit :

Hape chrismas 

to jalc 

from tristan

"jalc" étant supposé se lire "Jake", mon fils a un problème avec le son "èï" auquel il tient absolument à associer un "l". La faute au français peut-être ?

 

Mais enfin là n'est pas le "problème".

Après avoir écrit tout ce petit texte sur trois cartes, je lui propose de n'écrire que "To Jake, Love from Tristan", comme cela se fait. Les petits copains n'en ont pas fait davantage.

Ca donne donc :

 

an

From Trist

To Jake

 

(et encore, après que je lui ai écrit sur une feuille les noms de tous les petits camarades).

 

le "an" tout en haut correspondant donc à la fin de son prénom, lequel ne rentrait plus, par manque de place, sur la même ligne que le reste.  J'informe mon fils qu'on ne poursuit pas un mot à la ligne du dessus, mais mon fils s'en fout. Il continue.

Et puis, il ferme l'envelope, et écrit le nom dessus. Sur l'arrière de l'envelope. Ah bon, ça se fait sur le devant ? 

Rien àf. Moi, je fais derrière.

 

Soit. 

Mon fils est un artiste. Ou un rebelle. Ou une graine de délinquent.

16 décembre 2011

Conversations entre un Pouitch et son copain.

Il parait... (ouais ouais ouais) qu'il y a un voleur qui rôde près de chez ledit copain.

Pouitch: "and Darren, did you hear him come in in the night?"

Darren: "Yeah!"

Pouitch: "and did you walk in and go "rhhaaaa, I can see you!!"

Darren: "No, I kicked his big butt!"

Pouitch: "And did you take a great big knife and stab him with it and did he die?"

Darren: "Yes, and his blood was called Blood Soup. And we drank it and it tasted horrible. And he said "yum yum"!

 

 

J'en suis...

 

 

sans voix.

08 décembre 2011

Le nouveau quotidien de la Grenouille-Rosbif

Donc, j'aime tellement mon activité de maman que j'ai décidé d'en faire mon métier.

En quelques sortes.

 

Non, rassurez-vous, je ne suis pas redevenue maman à plein temps. Plutôt, depuis un mois et demi maintenant, j'ai changé de poste. Une petite promotion, en somme, qui fait que je suis la "maman" professionnelle d'une douzaine de garçons et de filles.  Mon quotidien à la maison ressemble donc à ceci :

18h02 Pouitch: Mummy can I do Lego Games?

18h02 (bis) Pouitchenette: Mummmmmyyyyyyy!

18h02 G-R:  Sorry big boy? What is it Mattie?

18h02 Pouitch: Can I do Lego games?

18h02 Pouitchenette: Mummmyyyyy! Peppa Pig! Peppa Pig!

18h02: G-R: Yes darling, but not for long. What Mattie? I was talking to your brother. What do you want?

18h02 Pouitchenette: (non, non, c'est pas une faute de frappe, il est toujours 18h03) Mummy! Come with me! Come with me! Quick! Quick! Peppa Pig!

18h02 G-R: OK, OK, Peppa Pig, you can watch Peppa Pig, yes. Oh, sorry, no!! You can't watch because Tristan's on the computer!  Unless you use the laptop?

18h02 Grenouille: Ah ben non, j'alllais écouter la radio ! 

18h02 G-R: Ah well no, ladybug, you can't watch Peppa Pig.

18h02: Muummmmtyyyyyy!!! Peppa Pig!! Pepppaaaaaaaaaaa Piiiiiiggggg!!!!! [se roule par terre après avoir balancé tout le contenu restant de la table de petit dèj sur le carrelage de la cuisine].

 

Bref. Mes heures à la maison sont plutôt bien fournies.

 

Au boulot, maintenant, c'est pareil. Mettons que je décide de peaufiner la présentation sur les méthodes de paiement disponibles sur le marché allemand pour mes petits nouveaux. Tu peux être sûr qu'au bout de 8 minutes 30 de boulot, ma messagerie instantanée clignotte.

"Salut Grenouille-Rosbif, une question: j'ai une cliente, là, qui... (etc. etc. etc.)

 

Au bout de 9 minutes, j'ai un collègue qui vient me voir.

"Dis, Grenouille-Rosbif, je peux te poser une question ?"

 

Au bout de 10 minutes, ma messagerie clignote, en double cette fois.

"Désolée de te déranger de nouveau, mais est-ce que je peux rembourser l'achat de ce gars qui...."

"Salut Grenouille-Rosbif, dis-moi, j'ai un doute, là, et Germaine aussi, est-ce dans le cas où (bla bla bla bla bla), on peut (bla bla bla bla bla) ?"

 

Bref, mes journées pro ressemblent maintenant en tout point à mes journées perso. Je me demande dans quoi je suis allée me fourrer.

 

 

 

 

 

 

[Cela dit, qu'on ne s'y méprenne pas, hein... j'adooore mon nouveau poste. C'est trop de la balle, et je suis trop contente. Si on excepte le fait que bon, j'aimerais bien finir ce que j'ai commencé et pouvoir m'en tenir à mon planning, une fois de temps en temps. Mais bon, c'est le lot d'une "maman".]

 

04 décembre 2011

La routine du coucher

On tète. (Rho, oui, ben quoi, zut.) En chantant 3 fois 1/2 Rock-a-bye baby.

Comme elle n'est pas franchement d'accord pour se coucher, on fait un câlin en chantant dodo ninette.

Comme elle trouve que dodo ninette c'est un peu court, elle reveut dodo ninette. On rechante dodo ninette tout en faisant le câlin. On dit qu'on va la poser.

On la pose mais elle se met debout et pleure.

On la reprend en lui disant qu'on compte jusqu'à cinq et qu'on la pose. 

On compte jusqu'à 5, on la pose, elle pleure. On la reprend, on lui dit "non, je ne suis pas d'accord, dodo" et on la repose de force. On quitte la chambre.

Elle hurle. On laisse passer 1 minute.

On y retourne. On la reprend et on dit qu'on va compter jusqu'à 10. On compte jusqu'à 10, en prévenant à 5, puis à 8 puis à 9, qu'à 10 on se couche. On met un loooong point d'orgue sur le 9.

On dit le 10. On sait que maintenant, il faut y aller. 

On dit "allez, dodo maintenant. Si tu pleures, je ne reviens pas". On sait qu'on aura du mal à tenir sa parole.

On la pose.

Elle ne pleure pas.

On quitte la chambre.

Silence.

Ouf.

02 décembre 2011

Comment je gruge pour éviter la sieste, par Pouitchenette Grenouille

Donc Maman m'a dit qu'on allait bientôt faire dodo. Moi, bien sûr, j'ai dit "No!" (ouais, je l'ai dit en anglais, pasque comme vous le savez, on se parle anglais avec maman).

Donc Maman m'a fait tout un baratin comme quoi ah non pas pas tout de suite, hein, d'abord goûter. C'est du baratin parce que je sais très bien que maman fait ça pour pas que je focalise sur la sieste, dans l'espoir que, l'heure de la sieste réellement venu, j'aie oublié que je ne voulais pas la faire.

Tintin, la sieste, c'est pas cool, on s'ennuie. 

On n'en a pas reparlé jusqu'au goûter. Je mangeais mon filou, et maman m'a dit : allez, mange ton filou et on va faire dodo". 

Moi, j'ai dit "No!", bien sûr. Alors maman m'a dit "finish your filou" (ouais, pasque maman, en fait, hein, comme on l'a dit, elle me parle anglais).

Elle m'a pas répété "and then we go dodo", parce qu'elle espérait que j'oublie. Un peu simplette maman, hein, quand même.

Et puis, tout d'un coup, j'ai eu une idée lumineuse. Je me suis levée d'un coup de ma chaise haute, je me suis mise debout dedeans tout d'un coup, comme d'habitude - ça me fait trop marrer, ils détestent quand je fais ça - et j'ai dit "Mummy, Mummy!" Je savais pas comment lui dire que j'avais une idée lumineuse, mais bon, ça a suffit à lui faire comprendre qu'il fallait que je descende tout de suite de ma chaise. 

Je suis allée fermer la porte de la cuisine, bien serrée, comme ça on peut plus monter faire la sieste. 

J'ai fermé la porte du salon, et j'ai dit "night night!" à mes jouets. Bon je me suis un peu grillée en disant ça, parce que maman a pris ça pour une concession de ma part sur le fait qu'effectivement, c'était l'heure de faire dodo. Mais Maman me regardait médusée et a rien dit, alors j'ai sorti la pâte à modeler. 

Maman n'a pas su me refuser ce petit plaisir pasqu'elle adore me voir faire des petits tas de toutes les couleurs et les écrabouiller du bout des doigts ensuite. Et puis ça faisait au moins 12 minutes que j'avais pas bâillé. 

Du coup je suis pas allée faire la sieste. Youpi ! 

Oui, enfin, pas allée est un bien grand mot, j'ai gagné 10 minutes, quoi. Après ça j'ai laissé la pâte à modeler et j'ai voulu faire autre chose, je crois que c'était un peu too much. Maman m'a dit "allez, dodo maintenant", et on est montées là-haut. Il a bien fallu dormir.

J'ai bien rigolé, quand même.

27 novembre 2011

Scènes du dimanche matin

Le Pouitch-Poulet joue à DragonStone. 

La Pouitchenette se tient debout à côté de lui, sur la pointe des pieds, et s'extasie des prouesses de son frère.

Pouitch:  Yeessssss! Mummy, I killed a dragon!

Grenouille-Rosbif : Yay!

Pouitchenette: Yay!

Pouitch: Come on, silly spiders!

Pouitchenette: Butterfly!

G-R: No, not butterly, ladybug, spiders.

Pouitchenette: Butterfly!

Pouitch: Mummy, I'm going to win the level!

Pouitchenette: Classey!!