Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 août 2011

Seuls et sans enfants - jours 4, 5, 6

Nous sommes toujours seuls et sans enfants. Yay !

Nous en profitons. 

Nous nous servons un verre de vin en retrant du travail, comme de vrais irlandais. Yay !

Nous nous levons tard, sans réveil. Yay !

Nous allons voir Harry Potter au cinéma en semaine, après l'heure du coucher des petits. Yay !

Nous allons boire des pots avec les collègues après le boulot puis enchaînons, de façon improviser, sur un restau végétarien. Yay !

 

Il manque tout de même un petit quelque chose. Où sont ces enfants que nous avons faits ? Où sont ces petits qui comptent sur nous 100% du temps, qui nous empêchent de manger, qui nous empêchent de penser ? 

Où sont mes bébés ?

 

Ils sont en de bonnes mains. Je sais. Mais je n'arrive pas à me faire tout à fait à l'idée que cette semaine, je n'ai pas à me préoccuper d'eux. Je n'ai pas à penser à leur bien être. 

Le bruit bizarre quand on regarde le Seigneur des Anneaux, ce n'est PAS EUX.

Le volume de la bataille du Gouffre de Helm n'importe pas - IL N'Y A PERSONNE A DERANGER.

Je n'ai pas à me soucier de l'heure à laquelle je me couche le weekend, car personne ne va me réveiller le matin*

C'est bizarre. C'est pas tout à fait naturel.

 

Enfin, qu'allons-nous faire aujourd'hui ?

 

*Pas tout à fait vrai. Il y a le soleil. Sale soleil. Vade retro, soleil !

 

10 août 2011

Seuls et sans enfants, J 2

Journée boulot. 

Pas de crèche. Pas d'école. 

J'ai prévu de me lever à 8h du mat mais c'est loupé. M'étant couchée tôt (ben oui, stresse des jours précédents + mauvaises nuits passées + décallage horaire), j'ai terminé ma nuit à 7h. 

Sans compter qu'on n'a pas de volets et que le soleil, ici, se lève tôt.

Pas grave ! Thé au lit (fait par la Grenouille), bouquin (encore !!!), c'est la fête.

 

Le soir, les Grenouilles font les courses (enfin, la Grenouille - la Grenouille-Rosbif se fait enfoncer des doigts dans le dos par sa chiropratrice) et regardent la fin du premier volet et un peu du second volet du Seigneur des anneaux.

Le soir venu, je me rends dans les chambres des petits. Je regarde le lit vide de ma fille. Je l'imagine devant, me souriant de son sourire coquin.

Je sens l'oreiller de mon fiston et le visualise, bouche entrouverte, yeux fermés, dormant en travers du lit.

 

Je me couche en me demandant pourquoi j'ai, au fond du ventre, une sensation de culpabilité, qui monte, qui monte, qui monte.

Seuls et sans enfants, J 1

Finalement, la pillule passe. Les grands-parents maternels sont arrivés la veille au soir et la fille a bien voulu de leurs bras.

Au matin, les bagages ont tous été chargés dans les voitures, le gros chien en peluche attendait sagement dans le siège auto, prêt à endosser son rôle de Chargé de distraction, et la fille gambade dans l'allée et apporte des cerises pourries et écrasées à sa maman en disant "miam miam".

 

L'enregistrement des bagages se fait sans encombre. Dans l'avion, les Grenouilles bouquinent. TOUT LE LONG du trajet.

Le passage au contrôle de police est rapide et simple. 

La récupération des bagages se fait facilement.

Tout est faciiiiile. Tout est rapide. 

C'est la fête !!

 

Les Grenouilles font un passage rapide au supermarché pour acheter du lait, puis rentrent dans leur maison - vide !!! - bouffer des hamburgers (des vrais, des bons) en matant le premier volet du Seigneur des Anneaux. 

Elle est belle, la vie !

Seuls et sans enfants, J-x

J'ai tout expliqué à la petite. En long, en large, et en travers. Trop ?

Nous partirons. Elle restera avec son frère. Chez ses grands-parents, les uns, puis les autres.

Puis elle reviendra à Cork avec son frère et ses grands-parents. Les uns.

 

Puis j'ai changé la version un peu.

Elle ira en vacances chez ses grands-parents. Ca va être top fun et cool. Son frère y sera aussi, bien sûr.

Nous, nous rentrerons à la maison, à Cork, car nos vacances seront terminées et nous devrons travailler.

 

Bien sûr, je ne mentionne rien de la rumba que nous allons danser quand nous serons seuls, de l'attente fébrile que nous avons de ces 9 jours à venir, 9 jours où, quoique travaillant, nous allons pouvoir nous retrouver, être ensemble, faire ce qui nous plaît, faire à l'improviste, vivre cette vie de couple sans enfants que nous envions tous les jours en regardant l'horloge de la cuisine tourner trop vite alors même que le weetabix vient de tomber par terre avec son lait et ses miettes, que le fiston est toujours au lit et que le maquillage est une histoire du passer.

Tiens, soit dit en passant, maintenant (au moment de la rédaction de ce billet) que nous en sommes au jour trois de notre solititude, je ne me suis toujours pas maquillée...

 

Bref, j'ai tout expliqué en des termes qui devraient convaincre la Pouitchenette de se laisser adopter temporairement par ses aïeux.

 

Tout en expliquant cela, je commence à douter de mon calme intérieur et de la joie que je me fais pourtant depuis tant de mois, à l'idée d'être seuls et sans enfants.

La fille s'accroche à moi, ne quitte pas mes bras.

La fille tète 15 fois par heure. J'en peux plus de ces tétées.

La fille recommence à se réveiller la nuit.

Je stresse. Je suis irritable. Je dors mal.

 

04 août 2011

Coucou

Je suis là sans être là... Je suis en vacances... Je n'ai pas d'inspiration... Je n'ai pas le temps... Je ne suis pas devant l'ordinateur... Voilà tout...

 

A bientôt ?

21 juillet 2011

Perles de Pouitchoux

Poulet :

- Mummy, I don't think we'll see each other in heaven.

- Why not darling??!!!?

- Because when you're dead your eyes don't work any more.

 

Pouitchenette :

- Booc! Booc!

 

Poulet :

- Mummy I don't want to be in Senior Infants.

- Whw not?

- Because in Senior infants you have to work really hard.

 

Pouitchenette :

- More ça ! More ça !

 

Poulet :

- Mummy, Mummy, Mummyyyyy!

- Shussh, Tristan, I'm talking.

- Mummy, I want to say something!

- *continue sa conversation*

Copain Pierre : Maman?

Poulet : Pierre, tais-toi, ta maman elle parle !

 

 

Pouitchenette :

*montre son zizi* Beurk! Beurk!

 

Poulet :

- Mummy, are we going to go and live in France one day?

- Maybe, darling.

- I want to live in France. I don't like it when it rains all the time.

 

Pouitchenette :

Walk! Walk! Walk!

 

24 juin 2011

Partez pas, hein... j'arrive !

Enfin pas de post de prévu pour l'instant, que des petites remarques comme ça que je ferais bien...

 

du genre...

 

l'entreprise c'est un monde de ouf.

la Pouitchenette est hypeeeeer mignonne mais quel sale caractère de cochon nom d'un chien.

le Poulet est accro aux légos.

l'été irlandais c'est toujours autant n'importe quoi.

faut que je fasse les butter tarts de ma cliente canadienne Carole.

j'ai plein de clients sympas, j'aime bien mes clients.

l'école irlandaise me saoule avec ses demandes du style : "merci d'acheter une boîte de craies pour votre enfant", demande formulée le mardi pour le jeudi.

tiens, j'ai trouvé une prof de chant. J'aime pas l'expression "prof de chant" parce qu'on dirait qu'on y va pour apprendre à chanter. Si tu sais pas chanter, en général, tu vas pas voir une prof de chant. Enfin j'ai trouvé une prof de chant quand même.

j'aime pas les gens.

j'aime bien les gens.

j'ai décidé d'être positive.

j'ai 32 ans et 0 évolution professionnelle et ça craint (merci de ne pas chercher une logique dans l'ordre des éléments de cette liste)

les mecs de "PC Tech Support" qui t'appellent pour te dire que ton ordi est infecté de chez infecté et qu'il va exploser dans 10 minutes (j'exagère à peine) me font bien chier rire.

je me suis rendu compte que on était des dingues du médecin et des parents poules.

je ne suis plus écolo. J'm'en fous.

la vie c'est un truc de ouf.

le Pouitch a un truc avec les labyrinthes en ce moment.

la Pouitchenette aime les bananes et dit "mo!" quand elle en veut encore (des bananes, ou autre chose).

je suis fatiguée.

j'ai montré le site de Legoland à mon fils et ses yeux se sont remplis d'étoiles et d'étincelles.

je comprends pourquoi mes voisins n'ont pas de plates-bandes. Les chats font dedans. Et les fleurs ne poussent pas.

la Pouitchenette a un truc avec les chapeaux en ce moment (c'est français, ça, "avoir un truc avec ?")(oui parce que la version franglaise ce serait "avoir un truc pour").

aum.

on a vu "Des hommes et des Dieux" et c'est horrible. Et Lambert Wilson joue hyper bien.

je sais pas pourquoi je lis les fils de discussion commençant par "Priez pour le fils de 6 ans de ma meilleure amie s'il-vous-plaît" parce qu'en général ça finit mal et ça me fout un bourdon pas possible pendant des jours entiers, après quoi je m'en fous et c'est pire. Parce que comment peut-on s'en foutre ?

Voilà, quoi.

A bientôt !

 

 

 

12 juin 2011

Vous en avez, vous, des acouphènes maternels ?

Ces résidus sonores qui perdurent infatiguablement dans vos tympans, bien après que les cris/les chouignements, les gémissements de l'enfant irrascible aient cessé ?

Ces réflexes hypersensibles du cerveau qui vous font prendre le moindre coup de vent, le moindre sifflement, le bruit de l'ordinateur, et même le chuintement de votre propre nez légèrement encombré pour des récidives de rébellion ?

Vous l'avez, vous, ce serrement des viscères incontrôlable et démesuré qui se produit lorsque vous votre enfant gémit dans son lit, vous faisant craindre qu'il a décidemment désappris tout de la routine qu'on avait convenue, à laquelle on était pourtant bien rodés ?

Vous l'avez, vous, ce grand noir au fond de vous, cette sensation défaitiste face au fatidique Retour en Arrière ?

Vous ne les avez pas, tous ces phénomènes angoissants que la Grenouille-Rosbif a toujours associés à une manifestation universelle de la maternité ?

 

Alors ça doit just être moi. Moi qui suis une mère hyper, super, supre, über, méga angoissée.

11 juin 2011

Page d'écriture de Pouitch

orthographe, phonétique, écriture, premiers pas

Sans commentaire, si ce n'est que c'est mignon, et que ça ne doute de rien ! J'aime cette confiance aveugle en ses propres aptitudes, cette absence d'inibition (orthographique) ! Continue comme ça, Tristan !

10 juin 2011

Le problème avec l'été irlandais...

...c'est qu'on passe son temps à l'attendre. Moi, en tout cas.

 

Tiens, par exemple, l'autre jour, je lis quelque part sur le ouèbe que les météorologistes ont prévu un été des plus chauds. Aux mois de juin et juillet, on pourrait même battre le record des 32 degrés atteints le 30 juin 2003, voire celui des 34 enregistrés à Sligo (j'invente, je sais plus) en 1887.

 

J'en parle autour de moi. Je me dis, et je dis, "on verra bien !".

Ben non, on verra pas bien, on voit bien. Houhou, cocotte ! le mois de juin, on y est.

 

Eh ouaich.

 

Ouais pasque bon, c'est vrai que vendredi dernier on a eu 26 degrés (wouhou!) et on a fait ça :

 

CIMG9192.JPG(petit déjeuner pique-nique avec les monstres à 8h du mat. Pas dans l'herbe, quand même, 'l'était encore bien trop humide)

et ça :

CIMG9187.JPG

(un barbecue avec des potes, quoi) (le mec en blanc de dos c'est le pauvre pote que la Grenouille a oublié de prévenir que c'est à lui que revenait l'horreur de faire le barbeuk.)

Un vent d'innovation a soufflé sur le foyer des Grenouilles et la G-R s'est précipitée chez le coiffeur, (même coiffure que d'habitude, ne nous excitons pas) pendant que les monstres et le papa achetaient une table et des chaises de jardin.

 

Ouais mais alors le truc c'est que depuis, il s'est remis à faire des 14 degrés cé, et les petites sandales rose à fleur que j'ai chopées à 20 euros pour la miss ne servent à rien. Enfin je compte les amener au pays natal pour qu'elles fassent leur preuves, donc elles seront amorties, hein, j'espère).

 

Aujourd'hui, on alterne pluie sans soleil (planqué, le petit coquin), et gros soleil souriant qui sèche tout en trois secondes. Les plantes sont contentes (en 10 jours on est passés de 0 fleurs à un parterre de lobélias, deux pots de pétunias, de la lavande, des grosses pâquerettes, et un fuschia).

 

N'empêche que j'attends toujours l'été, et je m'étonne encore de voir sur Facebook les photos des collègues en vacances (en cette saison, des vacances ? ah, ben, oui, en fait...) tout bronzés et déshabillés (ils sont en Guadeloupe ? Aux Seychelles ? Quoi, en Allemagne ? En France ? Ah ben, oui, c'est l'été, en fait, il fait chaud dans certaines zones du monde pas si lointaines).

 

N'empêche que pour un peu, je les croyais, les weather guys

Bon, faut dire ce qui est, j'aime pas la chaleur, et ma journée idéale serait plutôt du 23 degrés ensoleillés avec brise légère.

N'empêche. Pour l'absence d'été, Ireland sucks.

 

 

 

(Ouais je sais, faut que je lâche prise, faut que j'adopte les habitudes irlandaises... short et débardeur quel que soit le temps, si c'est l'été, c'est l'été, et tu regardes pas le thermomètre). 

(Je commence, hein, quand même, tout doucement. Par exemple, ce matin, ben j'ai mis mes sandales, alors que franchement on devait pas dépasser les 16 degrés)

 

Allez les zozos.

Comme dirait Cracotte : tchô.