Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2011

Vous en faites, vous, des migraines ophtalmiques ?

N'empêche : pour une fois, après avoir gougueuléle mal qui m'accapare, je suis rassurée plutôt que paniquée. 

L'aphasie fait partie des symptômes de la migraine ophtalmique. 

Ouf. J'ai pas de tumeur au cerveau et je vais pas me retrouver dans le service du Dr House.

N'empêche que ça fait bizarre. 

Quand t'essaies d'écrire "DRM Activator" mais que ton cerveau n'arrive pas à taper autre chose que "DRM dufitorer" malgré de nombreuses tentaives, quand tu veux écrire "user-friendly", mais que le seul mot qui te vient à l'esprit c'est "friendly-friendly" et que les phrases anglaise que tu essaies de produire font tout leur possible pour sortir de ton clavier sous une obscure forme franco-germano-anglaise, et que tu ne sais plus du tout du tout du tout comment on écrit "hypochondriaque", ni "leur" (l'heure, ça passe bien, non ?), c'est quand même une expérience...

1) ...assez space (ça ne se dit plus depuis 1997 "space", mais zut) !

2) ...assez troublante.

 

M'enfin, je suis rassurée. N'empêche que la dernière (et seule autre) fois que le côté droit de mon champ de vision a disparu de la circulation, c'était en 1993, alors j'ai pas trop su comment réagir quand ça m'a pris.

Travailler, dur dur, parce qu'il faut bouger la tête pour voir le côté droit du clavier. 

Réfléchir, dur dur, parce que tu te demandes ce qui t'arrive, bon sang de bon soir.

Maintenant, tout ce qu'il m'en reste c'est un mal de tête qui ne part pas et une fatigue immense.

Je vais donc me coucher. 

Bonne soirée à tous, et n'hésitez pas à me raconter vos migraines ophtalmiques et autres manifestations aphasiques !!

18 mai 2011

God save the Queen

La Queen, comme on dit dans Elle, est en Irlande. 

Les Irlandais n'en peuvent plus.

C'est la première fois qu'un monarch anglais vient en terre irlandaise depuis la déclaration d'indépendance en 1922. 

Deux mois avant la visite de la dite monarche (et si monarche ne se dit pas, tant pis, ça devrait), on s'interrogeait sur les Effets de la visite de la Reine Elizabeth II sur l'économie irlandaise, et on évaluait en se frottant les mains le coût que représenterait la couverture médiatique offerte gratuitement par cette événement, si celui-ci n'était pas gratuit (phrase lourde et mal construite, je m'en fous, j'ai pas envie de me relire et d'y passer des heures).

Pendant la visite de l'octogénaire au mille tenues color block, comme on lit dans Elle (ben oui, je lis Elle, rhô, toi tu lis bien Cosmo. Ou Télé 7 jours. Ou Madame Figaro. Bref), on s'interroge sur les effets bénéfiques de la Reine Elizabeth II sur l'économie irlandaise et on spécule sur le contenu du Discours qu'elle fera - ah ben tiens, ce soir-même, d'ailleurs si ça se trouve, suis en train de le rater. Parlera-t-elle du passé ? Présentera-t-elle des excuses publiques aux Irlandais ? On pense que non. On pense qu'elle fera une référence générale et prudente au passé, mais regardera surtout l'avenir. On 

Allez, c'est pas grave, je suis avec vous.

Hier, donc, la Reine d'Angleterre a posé une couronne sur le mémorial aux morts de la guerre d'indépendance irlandaise.

La Reine a baissé la tête. La Reine ne baisse jamais la tête.

La Reine s'est déplacée avec son Premier Ministre. La Reine ne se déplace pas avec son Premier Ministre. Ni le Premier Ministre avec sa Reine.

Les Irlandais en concluent que cette visite est bien plus que symbolique et marque un tournant définitif dans l'histoire des relations anglo-irandaises. Ca y est le passé est derrière nous. Nous pouvons aller de l'avant.

Les Irlandais parlent donc beaucoup, beaucoup, beaucoup de la visite de la Reine. A la radio, à la télé, partout. Paraît même que ceux qui ceux qui étaient contre sa venue ont changé d'avis et ont été impressionné par la dignité et l'implication de cette dame royale.

 Ben alors, moi je dis.

J'ai pas de conclusion pour ce billet. Je voulais juste vous dire que la Queen était en Irlande - elle vient même à Cork, vindiou, mais j'irai pas la voir.

La Queen est à Cork, et les Irlandais n'en peuvent plus.

Sacrés Irlandais.

P.S. N'empêche, les tenues de la Présidente de la République Irlandaise ont dû lui coûter cher. Elle se change aussi souvent que la Reine. C'est peu dire.

P.P.S. Qu'est-ce qu'on passe comme temps debout, quand on est Reine. Qu'est-ce qu'il y a comme événement mondains et comportements protocolaires. Mon Dieu. Je serais elle, j'en pourrais plus. 

Heureusement, je suis pas elle.

16 mai 2011

Ecriture

"Oooh ! dit la Grenouille-Rosbif en récupérant le 3e dessin tout froissé du fond du cartable, and so this is...

La Grenouille-Rosbif cherche à savoir ce qu'elle va pouvoir inscrire comme légende à l'arrière du dessin, car celui-ci, c'est sûr, elle va le garder : le Pouitch a écrit dessus. Avec la carte pour Debbie (From Tristan to Debbie) et le "Livre" de ce jour, il s'agit de sa première oeuvre écrite. Et de la plus longue phrase jamais vue par la Grenouille-Rosbif - qui trouve par ailleurs que l'écriture de son poussin et jolie et fort assurée.

- That's a blindnocerous! dit le Poulet.

- A blind rhinocerous ? vérifie la G-R, en regardant la grosse bête verte aux yeux barrés d'un gros gribouillage noir.

- Yes! dit le Poulet. No - actually it's not blind, it just has a thingy like this over its eyes. Il joint le geste à la parole, pour s'assurer que je comprends bien la notion d'yeux bandés.

- Oooh, right! dit la Grenouille-Rosbif, décidemment de plus en plus corkoise. Il manque plus que le "so" à la fin et on est tout à fait intégrée.

Bref.

Moutons.

- And that... ? La Grenouille-Rosbif cherche à décrypter ce qui est écrit sur le grand objet pointu sur la gauche du rhinocéros. 

"in too..." lit-elle... elle bloque.

La Grenouille-Rosbif a tout faux. Il faut lire de bas en haut.

Je vous laisse décrypter la toute première phrase du Pouitch-Poulet. Celui qui trouve gagne...

gagne...

 

allez, 100 balles et un mars !

 

in too

oas qu

dat g

rocit

a sqais

 

Petit indice : les q sont des p et il y a un mot à l'envers.

Ah oui, et il manque le dernier mot de la phrase - qui devrait être "space". 

Allez, ça fait même 4 indices. Vous allez bien y arriver !

 

Quoi ? Franchement pour une première fois, ben moi, je suis fière !

 

 

14 mai 2011

Les geeks viennent manger

Alors on avait déjà fait des soirées avec les geeks: le Geek absolu, le Nihilste (maso, oui) et la Gentille viking que vous n'avez pas encore rencontrée. C'est une viking parce qu'elle est suédoise. Et aussi parce qu'elle en a un peu la carure. Le surnom lui va donc bien. Comme en plus elle kiffe la reconstition historique le surnom ne la gênerait pas, je pense.

Bref.

Ce n'était donc pas la première fois que nous invitions les Geeks, mais d'habitude c'était pour un dessert tardif (mousse au chocolat) et des jeux de plâteau. 

Ce coup-ci, la Grenouille a été un pas plus loin et les ont invités à manger. Hum.

Le Geek absolu a commencé par nous expliquer les études qui avaient été faites "sur des prisonniers" et une autre "sur un mec aux Etats-Unis", sur le thème du grossisement et de l'amaigrissement. Y a une nana, ils lui ont fait manger 8000 calories par jour sans faire d'activité physique, et elle a pas pris un gramme. Même que le mec aux US il prenait que de l'eau et des vitamines et il mangeait rien d'autre. Il a tenu un an, le mec, et il est passé de 300 chaispascombien à 80 kilos. 

J'ai demandé dans quel état de santé il était au bout d'un an, le mec qui mangeait que des comprimés de vitamines. On me regarde de travers. "Ca dépend s'il allait à la gym", dit le Nihilste. Je décide de lâcher le sujet.

Comme la Gentille viking a du diabète, on a fait une salade améliorée. Comprendre, saladade avec des boulettes de viande et de la mozarelle.

"Ou là là mais vous y mettez bien des formes, dit le Nihiliste, voyant que la Viking, qui s'est proposée pour m'aider, dispose la salade dans les assiettes pour que je puisse y rajouter la mozarelle et la viande.

- Moi je venais juste pour une petite soirée de jeux informelle.

- Ouh là là, va falloir manger avec des couverts, et tout et tout ?" demande le Geek absolu.

Le Nihilste décide qu'il doit s'asseoir en bout de table et en plus, il préfère l'assiette que je viens d'y poser pour la Grenouille, différente des autres. Les autres sont carrées. Grandes et carrées, idéales pour la salade éparpillée dans l'assiète.

- De toute façon, je préfère cette assiettee, les autres me font flipper. Ca fait restau."

 

Bon. Excusez-nous de vous avoir invités à manger, les gens, hein. 

Au cours de la soirée, le Geek absolu exige du Nihiliste qu'il cesse instantanément de siffler parce que ça l'indispose, et le Nihilste exige qu'on vire les tasses de thé qui empêchent au plâteau de jeu de prendre toute sa place au milieu de la table.Ca le met mal à l'aise.

C'est la dernière fois que j'invite les Geeks à manger. A la prochaine soirée jeux, de toute façon, je vais plutôt me casser pour une soirée entre filles. Ces mecs-là me font flipper.

Sont pas assez carrés. Ou peut-être trop.

13 mai 2011

J'aurais dû me douter...

... que mon Cher Journal ferait des remous. 

"Tu t'attendsais à quoi, aussi", me dit ma Conscience.

"Ben je sais pas, moi" dit la Névrose, "je voulais juste m'exprimer. J'en avais besoin. Le blog est un espace qui m'est propre qui me permet, derrière un mur, de communiquer de façon globale et non individuelle ce que je pense. J'ai d'ailleurs appelé le post "Cher Journal", en reflet du fait que je m'adressais davantage au support qu'aux lecteurs".

"Ben alors pourquoi t'as pas écrit un journal  sur papier, au lieu de mettre ça en ligne où tu sais que les gens que tu connais vont te lire".

"Oh ça va hein, ça, arrête de me saouler !"

"Ben non, mais c'est vrai, quoi ! A quoi tu pensais en faisant ça ?"

"C'est pas français "à quoi tu pensais ?"

"Si."

"Non. C'est un anglicisme. What were you thinking".

"Si, c'est français, ça se dit aussi".

"Non."

"Si."

"Non."

"Bon, t'arrêtes de changer de sujet ? Pourquoi tu as écrit ça en ligne, 'je me sens vide, je vais pas bien, bla bla bla, plaignez moi, bla bla', si tu voulais pas qu'on te lise?"

"Mais j'ai pas dit que j'allais pas bien !"

"Si!"

"Bon, d'accord, j'ai dit que c'était pas toujours ça, oui, eh ben alors, je voulais que les gens comprennent mon silence, et c'était peut-être aussi un petit appel au secours, oui, peut-être que je voulais que les gens sachent que je m'en vois un peu parfois en ce moment"

"Ah, tu vois !"

"Ben oui, mais non, je pensais pas - et c'était débile, je te l'accorde - que j'aurais des retour personnels IRL".

"Si on a ce dialogue en public, ce serait bien de pas mettre des abbréviations que tous tes lecteurs risquent de ne pas comprendre".

"In Real Life"

"Merci".

"Bref, dans mon idée, j'aurais des retours en ligne, des commentaires encourageants, des gens qui me diraient "c'est pour ça, ton silence"', et aui me diraient "tiens bon, ça va passer", ou même "on se rendait pas compte que tu n'allais pas super bien", mais tout ça devait se passer protégé par le blog, voire l'email, où j'aurais pas à me justifier en direct."

"Ben t'es débile. Les gens s'inquiètent pour toi si tu leur dis des trucs comme ça."

"Je sais, excuse-moi".

"C'est pas à moi qu'il faut dire ça."

"Je sais."

 

Excusez-moi, gens qui vous êtes inquiétés parce que j'ai dit que j'allais bof pas super. Je voulais vous le dire, mais je voulais pas vous le dire. C'est contradictoire, mais l'homme est contradictoire. Ou peut-être juste la femme. Bref.

Je vais mieux.

"C'est vrai ça, Névrose?"

"Oui, Conscience, c'est vrai. Depuis que j'ai écrit ce post, que j'ai enlevé depuis, parce qu'il avait fait trop de remous, je vais mieux. J'avais besoin de m'exprimer en vrai, pour être entendue, mais depuis ça va pas mal mieux."

"Vrai de vrai ?"

"Pour l'instant, oui. On verra bien si ça revient. Ca va et ça vient, de toute façon, depuis le temps que ça dure."

"Moui, pas bien convaincant".

"Rhô, tu me saoules. Pour l'instant, ça va, laisse-moi aller bien."

"Il est pas un peu long, et chiant, ton post, là ?"

"Si."

"Ben arrête-le."

"OK".

10 mai 2011

J'voudrais pas dire, mais...

...les photos floues, c'est pas la peine de les mettre sur Facebook.

...les photos où les gens louchent, c'est pas la peind de les mettre sur Facebook.

...les photos de pots de fleurs, c'est pas la peine de les mettre sur Facebook. Sauf si elles sont jolies.

...les photos de gens bourrés qui louchent prises de trop près, c'est pas la peine de les mettre sur Facebook.

...les photos qu'on a faites en triple, c'est pas la peine de les mettre trois fois sur Facebook.

 

Enfin, c'que j'en dis, moi...

08 mai 2011

Les girafes du Pouitch

Le Pouitch a trois girafes : Ella, Eppa, la maman de Ella, et Exter, le bébé d'Ella.

Les trois girafes sont alignées tous les soirs dans le lit du Poulet, aux côtés de monsieur Lapin et du tigre de Mathilde (dont Mathilde ne fait aucun cas).

L'ordre d'alignement dépend de la personne dont c'est actuellement l'anniversaire.

Ou bien de qui est malade.

Ce soir, c'est Exter qui est malade.

- Mummy, dit le Pouitch, Exter's sick.

- Oh dear, dit la Grenouille-Rosbif, is she ?

- Yes. Her body's gone to sleep.

- Oh dear!

- No actually, it hasn't really gone to sleep. Her oxygens are very very slow. They're very tired so they're very slow and it takes them a really, really long time to get to her brain, so it doesn't work properly. It takes 40 days and 40 nights."

 

La Grenouille-Rosbif voit qu'on a bien compris les petits bonshmmes rouges dans Il était une fois la vie, ainsi que l'explication scientifique de la même mère sur l'hospitalisation pour asthme.

Et que la Bible n'est jamais bien loin.

 

15 avril 2011

Le Pouitch et l'espace-temps. Et le mélange de grands mots.

"Mummy I love you. I will never never never never never in the university forget you."

01 avril 2011

Je pense à elle

Oui je sais, on dirait un titre de chason de variétoche mielleuse mais il s'agit un fait d'un titre de billet intolérant et blasphématoire.

Qu'on me pardonne d'avance.

Il ne se passe plus un jour sans que je ne pense à la Femme aux 5 enfants.

Aux 5 enfants de moins de 6 ans.

J'y pense, et une foule de sentiments s'expriment en moi.

Humiliation.

Agacement.

Mépris.

Culpabilité.

Enervement.

Agression.

Colère.

 

Je ne comprends pas.

Je ne comprends ni Comment, ni Pourquoi.

Le seul type de couple qui ferait 5 enfants d'affilée au point d'en avoir 5 de moins de 6 ans (et encore, l'aînée a peut-être 5 ans, je n'en suis pas sûre), c'est un couple qui refuse la contraception, non?

Mais comment peut-on à ce point refuser la contraception???

Comment peut-on croire que Dieu veuille qu'on enchaîne les gosses sans s'arrêter parce que oh ! tiens, en voilà un autre !

Je ne peux pas croire que cette femme soit heureuse comme ça.

Je ne VEUX pas croire que cette femme soit heureuse comme ça.

J'ai suffisamment entendu ma grand-mère et tant d'autres femmes de sa génération dire que bien sûr, bien sûûûr, si elles avaient eu le choix, jamais elle n'auraient fait 6 enfants étalés sur 10 ans.

6 enfants, sur 10 ans. 

Pas 5 enfants sur 6 ans.

MAIS COMMENT ON PEUT ETRE ASSEZ DEBILE POUR VOULOIR 5 ENFANTS SUR 6 ANS?

Je m'excuse si j'ai des lectrices qui ont eu 5 enfants en 6 ans. Je suis ouverte à tout. Sauf à ça, je dois l'avouer.

C'est pas bien. Il faut comprendre. Chacun son truc. 

Mais non, ça, je peux pas.

 

Le pire c'est que le tout dernier, qui a 3 mois, elle l'allaite. Mais où est-ce qu'elle trouve le temps et l'énergie d'allaiter ?

Bien sûr, bébé fait ses nuits. 

Vaudrait mieux.

Madame ne met pas la télé, ça fait trop de bruit. 

Certes - je conçois qu'un bruit de télé par dessus les bruits de 5 enfants ça fasse un cacophonie insupportable. 

Mais la cacophonie de 5 enfants en dessous de 6 ans, à elle seule, elle est pas insupportable ?!?!

Au moins avec la télé t'as la paix cinq minutes, non ??

Alors moi, cette Femme aux 5 enfants, j'ai envie de la regarder dans les yeux et de l'agresser verbalement. 

J'ai envie de lui dire :

"MAIS PU***N MAIS COMMENT TU FAIS QUAND LE BEBE A LA DIARRHEE QUE L'AVANT DERNIER ESSAIE DE GRIMPER SUR LA TABLE BASSE QUE LE TROISIEME CASSE LE LEGO DU DEUXIEME ET QUE LE PREMIER A FAAAAAAAAAIM?????"

Et ce ne serait pas une question. Ce serait une affirmation négative qui voudrait dire :

Tu ne t'en sors pas quand le bébé a la diarrhée que l'avant-dernier essaie de grimper sur la table basse que le troisième casse le légo du deuxième et que le premier a faaaaaim.

Il n'est pas possible que tu t'en sortes, OK?! Tu m'entends? Et je t'interdis de me répondre que "bah, si tu sais, on s'en sort, hein".

Nan.

Je ne veux pas le croire. 

Cette femme doit avoir un problème de déni de soi particulièrement aigu. 

Ou alors c'est juste moi.

Moi qui suis trop nulle.

Moi qui suis trop égocentrique, trop chochotte, trop fainéante, trop paresseuse.

Moi fais la chochotte quand la nouvelle tendance "je fais caca pendant la nuit" me réveille à 4h50 après quoi on ne va quand même pas se rendormir, faudrait pas déconner et que du coup je dois me lever à 5 h 45 après 3 tentatives de recouchage échouées.

Moi qui, au lieu de me poser devant mon ordinateur pour me défouler dans un post intolérant et blasphématoire avec un thé, devrais être en train de me taper la lessive le repassage la couture du rideau et le lavage du sol, sous le prétexte que :

Je suis un bébé, moi, maman. Tu m'as voulue, tu m'as eue.


 


28 mars 2011

Ah, les DRH... (2)

J'ai deux chiffres pour vous.

10

puis 

11

10 C'est le nombre de jours de vacances qu'on a droit de prendre d'un coup.

11 C'est le nombre de jours de vacances que j'ai posées pour cet été.

Han!!!!!! Comment donc?

Accessoirement, 11 c'est le nombre de jours que mon team lead a approuvé officiellement dans notre outil de saisie des demandes de prise de jours de congés.

Han !!! Mais comment se fait-ce?

Ben parce que mon team lead a parlé au Nouveau Big Boss (hum, me semble qu'il avait un petit nom, celui-là... faudrait que je me fasse un glossaire, ma petite dame, pasque moi-même j'arrive plus à suivre) et après maintes délibérations et tractations, le Nouveau Big Boss a donné Son Accord pour que je pose 11 jours de vacances.

Han !!! Mais diantre! Quelle mouche l'a piqué ?!?

En tout cas, c'est la question que se pose manifestement la DRHR (DRH Remplaçante, pour ceux qui suivent pas les nouveaux - celui-là, de petit nom, je m'en souviens. Mais je dois dire qu'il ne me satisfait pas. M'en faudrait un mieux. Un qui reflète mieux la mesquinerie de l'animal. Bref), ou alors elle s'est arrêtée à la deuxième question, car manifestement elle ne s'est pas posée la troisième question avant de décider, du haut de ses trois mois dans la boîte, de remettre en cause ce qui a été décidé avant son arrivée (ou quand elle était encore tout bébé dans la boîte).

Donc, la DRH-R, elle se ramène, trois mois après qu'on aie réservé nos billets d'avions et tutti quanti, et elle met un mail à mon lead (en me copiant), en lui disant:

"La Grenouille-Rosbif a posé 11 jours de vacances. Ceci ne peut pas être autorisé. La procédure prévoit qu'elle peut prendre un maximum de 10 jours d'affilée. Merci de prévoir une réunion avec la G-R afin de déterminer un jour de congé qu'elle annulera. "

 

Ben voyons. Tu veux pas 100 balles et un mars, non plus ? (Merci à la commentatrice de mon blog germanique préféré de m'avoir rappelé cette expression tout à fait charmante, qui était, je l'avoue, sortie de ma tête et de mon lexique personnel).

Nan mais franchement. Avant d'envoyer un truc comme ça, tu demandes au lead, qu'est quand même un boss, pourquoi il s'est permis d'autoriser ça. Tu te demandes, dans ta petite caboche, si par hasard cet état de fait aurait été approuvé par des instances supérieures ? 

 

Et puis surtout, tu te rappelles que tes employés sont à 95 pour cent étrangers expatriés et qu'ils rentrent "chez eux" ou chez les leurs pendant leur vacances bien méritées (celles qu'il leur reste après qu'ils aient gaspillé plein de jours en nettoyage de vomi).  Tu te dis que peut-être, peut-être, ils ont déjà réservé des billets d'avion et que changer, c'est cher, voir impossible à ce stade. 

Mais pardon, tu ne le sais pas, parce que tu viens de Cork et tu vis à Cork et tu es mariée à un Corkois donc 1) tu sais pas ce que c'est que d'avoir besoin d'aubergines et de brie de Meaux, et 2) tu sais pas réserver un billet d'avion. Ah oui et puis, 3) comme t'as pas d'enfants et que t'es DRH en Irlande ben t'es pas à 100 euros près.

 

Bref. Je lui ai mis un mail bien sec comme il se doit, et j'espère qu'elle aura pas le culot de se la ramener, parce que je vous jure, les amis, je fais un drame. 

Non mais.