Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 novembre 2009

Guy Fawkes

180px-Guy_Fawkes.jpgEtrange que je ne vous aie jamais parlé de Guy Fawkes pendant cette courte période où nous étions en Angleterre.

Car nous y étions encore le 5 novembre - jour que j'attendais avec une grande impatience quand j'étais encore une petite fille rousse aux tresses épaisses.

Le 5 novembre, c'est Bonfire Night en Angleterre.

Sauf si je me gourre royalement - et je ne crois pas que ce soit le cas - on ne célèbre pas Guy Fawkes Night (ou Bonfire Night) en Irlande. Et pour cause : Guy Fawkes de son petit nom, ou plus précisément Guido Falxius alias John Johnson si j'en crois Wikipedia - mais il vaut toujours mieux prendre quelques gants avec les infos glanées sur ce cher Wiki, même si dans l'ensemble tout cela est très précis et très bien documenté -  c'était donc un catho des XVIè/XVIIè siècles, qui un beau matin se mit dans la caboche d'assassiner le roi James Ier (paraît qu'on dit Jacques Ier, mais je m'en tamponne le coquillard, c'était pas ça son nom. Alors na).

Donc, ce monsieur, le soir du 4 novembre 1605, entassa des sacs de poudre dans le sous-sol du palais de Westminster (le parlement, quoi), pour faire exploser le tout. Forcément, un catho qui se rebelle contre l'Angleterre, c'est pas les Irlandais qui vont lui en vouloir.

Malheureusement, le plan dudit papiste foira, mais son échec lui permit tout de même de passer à la postérité, puisque tous les 5 novembre, date à laquelle le félin fut attrapé et l'explosion évitée de justesse, on allume de grands bûchers sur lesquels on brûle une effigie du bonhomme.

Paraîtrait même que le mot "guy", qui, je le rappelle, signifie simplement "gars, mec, type", viendrait de ce même monsieur Fawkes.

Comme quoi, le guy qui a assassiné John Lennon aurait peut-être mieux fait de se planter, on s'en serait peut-être mieux souvenu.

 

Donc, ce soir, en Albion, mais point en Irlande, des feux de camp s'allumeront, les enfants sortiront les "sparklers" achetés l'année dernière, qu'ils agiteront dans les airs après les avoir allumés pour imprimer leur nom en petites étincelles contre le noir plus noir que noir du ciel de novembre, et regarderont avec admiration de beaux feux d'artifice avant d'aller poser leur petite tête sur l'oreiller, les mirettes pleines de couleurs.

sparkler.jpg

04 février 2008

Réflexion philosophique sur le lavage de mains dans lavabos anglais

2c3c16f36d84d0a0c59273969793a6b2.jpg

10 novembre 2007

Je t'aime, moi non plus

35556e925bc701654f0320eb9b20c775.jpgLes anglais sont pleins de contradictions.

La maman de la grenouille-rosbif remarquait il y a peu que leurs maisons sont petites, leurs plafonds bas, leurs boutiques minuscules, mais que leurs boîtes de margarine, leurs tasses de café et leurs bouteilles de lait sont gigantesques.

La grenouille faisait remarquer que si les anglais sont capables de laisser au bord de la route, sans surveillance, des sacs de fruits et une pancarte « £1 .00 par sac » en étant sûrs de retrouver le soir autant de pièces d’une livre que de sacs disparus, en revanche, il n’est pas question pour une banque d’accorder une carte de crédit même à paiement immédiat à quiconque n’a pas fourni ses quatre adresses précédentes et utilisé un compte avec une seule carte de retrait pendant moins de 6 mois.

La grenouille rosbif constate que, si les anglais ne sont point gastronomes, manger constitue tout de même l’un de leurs passe-temps favoris auquel ils s’adonnent avec plaisir au moins 8 fois dans la journée.

Que si le fond de l’air est bien plus frais qu’en Méditerranée, les anglaises s’habillent comme des siciliennes (Sophie : manteau, écharpe et gants. Anglaise 100% pur jus : débardeur).

Que, bien que les conditions d’emploi et de licenciement sont bien plus souples en Angleterre qu’ailleurs en Europe, permettant aux entreprises, en théorie au moins, de se « séparer » de ses employés sans indemnité de licenciement, les baux sont pourtant de six mois ferme.

Que si les anglais sont d’une façon générale nuls en langues étrangères et notamment en français, ils accourent vers le Périgord l’été et/ou la retraite venus.

Que Bridget Jones, héroïne nationale, met des f*** ! dans chacune de ses phrases, mais qu’un seul gros mot dans un film justifie qu’il soit classé Déconseillé aux moins de douze ans.

Et enfin, que, bien qu’étant des amateurs férus de la chaude eau, il est quasiment impossible de trouver du thé en vrac (et encore moins une passoire pour le servir) dans les supermarchés anglais...

 

P.S. Bulletin météo pour le vendredi 9 novembre. Grand beau. Ciel bleu, bleu, bleu.

P.P.S. Bulletin météo de ce samedi 10 novembre. Ciel voilé/gris. Vent fort. Pas de pluie. Ah ! 

 

28 octobre 2007

L'Angleterre insolite

1ed3e41a73bb366a110b2f25b0a4da6c.jpg