Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 février 2013

Photos

Rhoooooooooooooooooooo.

C'est le cri de la bloggeuse qui vient de perdre 2 fois son post. 

Heureusement, il ne faisait que 6 lignes. N'empêche, quand tu tapes les 6 mêmes lignes 3 fois de suite tu commences à te rendre compte que l'information qu'elles contiennent n'est pas cruciale au fonctionnement terrestre et que ce serait peut-être aussi simple de ne pas les réécrire. Mais non. Je m'accroche.

 

Et donc, je parlais de photos. Je vous expliquais, (et hop, c'est reparti pour les 6 lignes), que j'avais assisté à une petite formation de 4 heures sur l'utilisation de mon appareil photo, et que le prof nous conseillait de nous trouver un projet. Un projet photo, permettant d'évoluer et d'apprendre. Un type de sujet à prendre à l'envi. 

J'ai pas de sujet. Vous m'en donnez un ? Pour l'instant les quelques photos que j'affectionnent sont les suivantes :

IMG_3555.JPG

 IMG_3548-001.JPGIMG_3554.JPG

Quel est mon dénominateur commun ? (Ouais, je sais, c'est pas comme ça qu'on définit un projet. J'aime bien faire les choses à l'envers).

07 janvier 2013

2012, rétrospective.

Comme tout  bloggeur qui n'a pas beaucoup bloggé en 2012, j'ai mis dans ma liste de bonnes résolutions pour l'année 2013 : reprendre mon blog.

Bon, OK - devant la symphonie de protestations murmurées que j'entends d'ici, je rectifie. J'ai pour ma part mis sur ma liste de bonnes résolutions - enfin, je vais m'empresser de le faire maintenant, je ne sais pourquoi je n'y ai pas pensé le 1er janvier : "Reprendre l'écriture de mon blog".

En fait je sais pourquoi je n'ai pas mis ça dans mes résolutions : je ne sais pas du tout comment je pourrais m'engager à faire cette chose. [complainte rayée de la mère de deux enfants travaillant à plein temps, accro à Facebook et aux glandages improductifs sur Internet].

Disons donc qu'officiellement, je vais essayer de réactiver mon Moi créatif et tenter de coucher un peu plus souvent qu'en 2012, mes profondes pensées philosophico interculturelles sur papier. En évitant le côté je vous parle de moi et de mes bébés, qui devient vite chiant, je pense. Ou pas, à vous de me le dire.

Bref.

Pour l'heure, je voulais faire une petite rétrospective de 2012. Pas une retrospective bloguesque - une rétrospective tout court. Car en 2012, l'air de rien, il s'en est passé, des choses.

1) En 2012, j'ai perdu 15 kilos. J'ai remis une jupe, puis une robe, une robe plutôt sexy, même que, avec un peu de blush et du rouge sur les lèvres, et j'ai eu plein de compliments. J'ai retrouvé, avec plaisir, mon ancien moi - celui d'il y a 7 ans.

2) En 2012,  nous avons acheté un appartement. Même pas pour y vivre - pour le louer. Nous avons même un locataire. Youpi !

3) En 2012, le Pouitch a appris à maîtriser le démarrage à vélo, a fait ses premiers tour à vélo en solo. Il a également commencé l'escalade, et le violon. Il a réussi ses premières brasses. Il a appris à lire correctement, à écrire joliment avec de petites lettres (l'orthographe, c'est pour 2013). 

4) En 2012, la Pouitchenette a arrêté de téter. Elle a peaufiné ses talents linguistiques en deux langues, a joué à parler français à sa maman. Elle a appris à faire pipi sur les WC, puis désappris. Elle a refusé catégoriquement de faire caca tout en faisant de longs discours sur la défécation des vaches, des mamans, des papas, et des mouches.

5) En 2012, nous avons revu Strasbourg et d'anciens amis. Nous avons revu Dublin et d'anciens amis. Nous avons reçu, également, plus qu'en 2011, moins qu'en 2008.

6) En 2012, la Grenouille a eu une promotion et un iPad. Nous avons découvert Angry Birds et les dangers de l'AppStore.

7) En 2012, la Grenouille-Rosbif a renoué avec un ancien amour, la photographie. Lassée de son petit appareil numérique à 4 Mégapixels, elle a investi, avec l'aide de papa anniversaire et de papa Noël, dans un réflexe. Qu'elle aime, qu'elle adore, et qu'elle chérit comme la prunelle de ses yeux.

8) En 2012, les Grenouilles ont découvert le miracle du sèche-linge - c'était sans aucun doute l'année de la technologie ! La Grenouille a d'ailleurs troqué son téléphone Nokia ancienne génération contre un Samsung Galaxy. Techologie technolgie quand tu nous tiens !

9) En 2012 la Grenouille-Rosbif a gardé son Nokia dinosaure, mais est passé à une carte Sim 3G pour pouvoir appeler sans problèmes à l'étranger. Chose qu'elle ne peut plus faire depuis qu'elle a sa carte 3G.

10) En 2012, la Grenouille a passé et réussi un concours ouvrant potentiellement sur de nouvelles perspectives d'avenir, et a repris ses études.

 

Ce fut, en somme, une bonne année, pleine d'aventures et de découvertes. Et 2013, alors ? Quid au programme ? Quelques projets, plus ou moins vagues, qui se concrétiseront, on l'espère ; quelques résolutions, pas nombreuses, et réalistes - pour pouvoir, une fois n'est pas coutume, s'y tenir... (quoique... les -15kg, c'est fait !). Et surtout : le grand inconnu ! Qui, que, quoi, dont, où ? Tout peut changer ! Ou bien rester pareil - seul l'avenir nous le dira !

 

Sur ce, je m'en vais me coucher, en fêtant l'avènement de cette nouvelle année, et les portes qui s'ouvrent.

07 novembre 2012

How I feel about poo right now.

Oui, c'est en anglais.

 

Your baby is perfect

Until you mess her up.

Suddenly, she’s scared of things.

She can’t do things. She needs you.

She’s frightened, scared, shy — you’ve messed her up.

You did it, yes, you. You’re her mother. That’s what mothers do.

Little babies are perfect. They grow out of things.

Children grow into things. They build things up, day by day,

Night after night. Based on the things you say, you do.

The stuff you shout when you lose your temper

Because you do things like that - lose your temper.

You’re human, and that’s what humans do.

And all that stuff you think, that nasty, poisonous stuff you think,

She knows you’re thinking it. It oozes from your every pore, leaks from your every move.

You try to hide it, but nature has a way

Of getting its own back.

 

You don’t know what it is exactly that you did

To mess her up in this way.

But you know it’s you. It’s always you. You, and your stupid humanity.

Over-reacting, under-reacting, telling off being nice being mean being nice

Taking it easy telling a lie telling the truth messing her up.

Every day you mess her up. You can’t win.

She’s beautiful and sweet and lovely and charming

And scared and cry-ey and horrible.

And messed up.

And yes, it’s all because of you.

18 septembre 2012

Question du jour :

Pourquoi je supporte de moins en moins d'aller au pub avec les collègues ?

 

(Parce qu'ils ne parlent que de la fois où ils ont trop bu et se sont retrouvés par terre sur le trottoir dans leur vomi au petit matin ?)

(Parce qu'ils racontent exactement la même chose que la fois d'avant ?)

(Parce qu'où que je me mettre, j'ai toujours l'impression de me retrouver entre deux conversations, entre deux groupes, et que je ne sais pas quelle conversation suivre ?)

(Parce que de toute façon, quelle que soit la conversation que je choisisse de suivre, je n'ai jamais rien à y ajouter ?)

(Parce qu'en fait je ne suis pas fan des conversations à plus de 4 ?)

(Parce que j'ai toujours très envie de partir après 45 minutes alors que même ceux qui ne devaient rester qu'une petite heure ne semblent pas prévoir de bouger même après 2h30 ?)

 

Bref. Je suis rentrée, au chaud, à ma maison, et je vais bientôt pouvoir faire dodo. La vie est belle.

14 septembre 2012

Bon alors le poste d'avant n'était pas DU TOUT fini alors je le poursuis

Sais même pas pourquoi je l'ai envoyé, celui-là.

 

En fait, ce que je voulais dire, c'était qu'au départ, j'avais zyeuté le Canon 550D, mais qu'en magasin quand je l'ai essayé, il mettait très longtemps à faire la mise au point, et je sens déjà que ça, ça me gaverait.

Donc le mec m'a conseillé le Sony A37:

sony-a37-slt.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

qui, grâce à un système magique de miroir translucide, fait la mise au point quasi instantanément. Donc pour prendre tes gosses en photo, c'est top.

 

Mais bon je sais si j'aurai ma lumière Canon. J'ai bien essayé regardé des échantillons d'image sur le net, et elles semblent super. Donc j'opterais plutôt pour celui-là. Sauf qu'il coûte 579 euros et que bon, gloups. (Bon, l'autre fait le même prix, en fait, il est plus cher).

 

Du coup, je me dis : ai-je besoin d'un reflex ? Est-ce que je ne peux pas me contenter d'un hybride ou d'un "superzoom", qui, je crois, s'appelle aussi un bridge. 

Pasque avec le Sony, l'objectif de base est un 18-55 mm, et je ne sais pas si c'est un zoom suffisant pour votre dévouée dont l'index est accro au zoom.

Si vous avez des conseils à ce niveau-là, je suis preneuse aussi !!

(merci à ceux qui m'ont déjà répondu dans les commentaires !)

26 janvier 2011

Les photos

 

Je suis nostalgique du temps où on achetait des pellicules de 24 voire 36 poses - oui, voilà, c'est comme ça qu'on disait : "36 poses", qu'on peinait parfois à terminer. Ce qui avait pour conséquence qu'on ne retrouvait parfois ses dernières photos de Noël qu'au mois de septembre, quand enfin on se bougeait les fesses pour faire développer les photos de l'été.

 

 

Le dossier Photos sur l'ordinateur, c'est un peu comme Facebook. 

C'est plein de promesses. 

Une interface informatique derrière laquelle se cachent des morceaux de vie. Des parcelles de voyeurisme (comment était-elle coiffée, déjà, la tante Lucie? Tiens, pendant que Paul regarde Céline, Céline regarde la petite...), des tranches d'introspection (j'étais drôlement belle, à l'époque, tiens ! Oh mais ce pull ne me va pas du tout. Qu'est-ce que j'étais contente ce jour-là ! Pourquoi je penche toujours ma tête de côté quand on me prend en photo avec mon mari?) et trois gouttes de nostalgie aux couleurs vives.

 

Mais le dossier Photos sur l'ordinateur, c'est aussi comme Facebook, parce que très rapidement, on s'y ennuie.

Déjà parce qu'il n'y a jamais rien de neuf. 

On se rend assez vite compte, que ces photos de Noël, même si on ne les jamais vraiment regardées, on les a vues déjà 6 fois. La première fois c'était quand on les prenait : on regarde chaque cliché après l'avoir pris.

La deuxième fois c'était quand on a mis les photos sur l'ordinateur.

La troisième fois c'est quand on a transféré les photos sur la clé USB ou le disque dur externe.

La quatrième fois c'est quand on cherchait à la va-vite une photo du bébé.

La cinquième fois quand on s'est dit qu'on allait trier ses photos de Noël puis que, devant l'ampleur de la tâche, on a immédiatement reculé.

La sixième fois, ben c'est maintenant, quand on se dit "allez, ça y est, j'ai enfin un peu de temps. Ce soir, c'est soirée tri de photos. Occupons-nous une bonne fois pour toutes de ces photos de Noël".

 

Alors on s'en occupe, de ces photos de Noël. 

On a tout pris en photo. Tout.

Le sapin. Sous trois angles différents. Avec les cadeaux. Puis avec le gros cadeau en plus, parce quand même, faut qu'il passe à la postérité celui-là, et il y était pas tout à l'heure.

La table. C'est vrai qu'elle est jolie, la table avec ses jolies nappes en papier aux fils argentés et les beaux bougeoirs. 

Les plats. Quelle belle présentation pour cette assiette de foie gras !

Les enfants. Oh, le neveu mange du foie gras pour la première fois ! Oh, la fille fait semblant de mettre sa barrette ! Qu'elle est mignonne !

On prend tout, tout, tout en photo, parce qu'on est convaincu que si on ne prend pas de photos, on n'a pas totalement vécu ces instants jusqu'au bout. 

 

Deux mois plus tard, cependant, la nappe était bien jolie mais c'était une nappe, quoi, le foie-gras, on en a vu d'autres, le neveu ben oui, il mange du foie gras, comme tout le monde, et alors ? Ah, c'était la première fois? Ah, peut-être... La fille met une barrette dans ses cheveux ? Ah bon? On croirait qu'elle se tape la tête, et puis elle louche.

 

Du coup, on se dit, allez, on sabre. On jette. On trie. Ouais ! Il va nous rester une petite vingtaine de photos, trente peut-être,  seulement les bonnes. Seulement les excellentes. Un joli dossier à présenter aux enfants, un joli dossier hyper-sélectionné de beaux sourires de cheveux soyeux et de gros-plans parfaitement au point.

OK.

Alors on jette la nappe, la nappe, la nappe et encore la nappe.

Ah mais du coup on les a TOUTES jetées, les photos de la nappe? Toutes toutes toutes? Allez, on en garde une, pour la forme, histoire de ne pas jeter à la poubelle un moment de notre vie, qui partira à jamais à la poubelle, semble-t-il, si on se défait de son image.

Les photos floues? On jette. Ben oui, bien sûr, il y en a tellement, si en plus on garde les photos floues...!

Ah mais oui, mais... C'est con, les photos qui sont floues, c'est justement les meilleures. Celle-là, c'est la seule où on voie mamie de face avec bébé. Ben oui, son sourire est flou, ben non, on ne voit pas super bien ses yeux, ben oui, elle semble avoir 64 dents, mais bon, c'est mamie qui sourit, face à l'objectif. Allez, on garde, histoire de.

Et celle-là, tiens, celle-là, c'est la seule où on soit tous les quatre. Alors oui, elle est floue, mais pour une fois qu'on a une photo de famille...

Et celle-là, oui, l'oreille de Suzanne est coupée, mais c'est la seule où on voie bien son gros ventre rond de future maman.

Alors on garde.

Et on s'aperçoit qu'en fait de trier, de s'approprier ces 20 ou 30 bonnes photos qui feront nos souvenirs tangibles de Noël, on ne fait que zapper, encore une fois, entre les 83 photos plus ou moins floues, plus ou moins mauvaise, du Noël 2010.

Au bout d'une demi-heure, on se dit qu'on occuperait mieux son temps à écrire un billet sur les photos qu'on n'arrive pas à trier.

Trois jours, trois semaines, trois mois plus tard, les photos de Noël plutôt floues et plutôt mauvaises sont toujours dans leur dossier surchargé, et on n'a plus aucune idée de son contenu.

Vous vous souvenez des photos que vous aviez prises en vacances à Port Barcarès en 1993? Il y avait celle avec le parasol, et celle avec Charlotte, et celle avec la maison et son balcon au coucher de soleil.

Vous vous souvenez des photos de Noël 2010 ? Non, parce qu'elles sont planquées parmi les 13820 autres photos que vous avez prises en 2010, puis rangées, sans jamais vraiment les trier, dans le grand dossier Photos tout beau tout excitant tout vide tout déprimant de votre ordinateur.

Allez, je vais me faire un thé, et je m'en vais réessayer, une énième fois, de faire du tri dans ces fichues photos.

 

Mamie Fanchon Mathilde.JPG

20 novembre 2010

Mariage sur Post-it

Nan mais, j'réfléchissais, juste, en grattant ma casserole de porridge brûlée.

(faut pas croire, hein, on peut rester intello tout en grattant des casseroles le weekend)

Ca doit pas être si glamour que ça, finalement, de faire les scénarios et les dialogues de séries comme Grey's Anatomy.

Prenons par exemple le fameux mariage sur Post-it de Meredith et Dereck.

(Ceux et ceusse qui savent pas de quoi je parle en savent somit suffisamment: y a un mec qui s'appelle Dereck, et une fille qui s'appelle Meredith, et au lieu de se mariager à l'église comme tout le monde, parce qu'ils n'arrivent pas à caser ça dans leur planning de chirurgiens de ouf et qu'une autre leur a piqué leur mariage et que Meredith est encore limite flippée à l'idée de se marier pour de vrai, bref, les raisons, on s'en fout, au bout du compte ; le fait est que Dereck et Meredith se sont mariés "sur Post-it", c'est à dire qu'ils ont écrit 4 voeux sur un pauvre bout de papier à bord collant et qu'ils se disent désormais Mariés, avec un grand M. Moi, ce que j'en dis, hein... ça les regarde, ma foi).

 

N'empêche.

Ouais pasque, quand t'y penses, Post-it, c'est une marque. D'ailleurs je pourrais sans doute me faire sommer de retirer ce billet de la blogosphère parce que j'ai pas mis TM derrière chaque occurence du mot Post-it, et que j'ai d'ailleurs pas demandé l'autorisation de l'écrire. Bon, je pense que les mecs qui bossent chez Post-it ont d'autres chats à fouetter, mais n'empêche : mon blog, c'est pas la série Number One aux US.

(chais pas si Grey's l'est non plus, d'ailleurs, mais là aussi, on s'en fiche, hein, you get my point).

 

Bref, de deux choses l'une, soit les mecs de Grey's ont démarché les mecs de chez Post-it, soit les mecs des petits papiers collants ont démarché les mecs de chez Grey's, quoiqu'il en soit, ils ont dû faire trois réunions de trois heures chacune et échanger pas mal de paperasse (et pas mal de devises) pour décider que :

1) Meredith et Dereck se diraient "oui" sur un Post-it jaune.

A vrai dire je sais pas s'il était jaune, mais j'imagine qu'ils ont dû discuter pendant un moment de la couleur du Post-it mariage. Attention, faut pas se planter de couleur pour un Post-it romantique, la couleur envoie des message subliminaux à ne pas négliger. Et surtout, ce Post-it là doit être emblématique de la marque. J'espère juste pour eux qu'il était jaune, ou bleu à la limite, parce que sinon ils ont perdu leur temps (la preuve, j'ai oublié).

2) En échange de cela, Post-it verse une somme non négligeable aux producteurs de Grey's Anatomy.

3) On peut imaginer une augmentation non négligeable de ladite contribution si le mot Post-it revient :

- 5 fois dans les épisodes de la saison : +30%.

- dans chacun des épisodes de la saison, plus 1 fois par saison après : +69,7% (pourcentage issu d'un calcul savant effecuté par le département finance en collaboration avec le département marketing de chez Post-it).

- dans chacun des épisodes de la saison, puis une fois par saison, et 5 fois dans l'épisode suivant le mariage : + 130%.

En outre, le département marketing de chez Post-it devra bien entendu approuver les dialogues contenant le mot "Post-it" ainsi que toute scène faisant référence à ladite cérémonie de mariage.

 

Après, aux mecs de Grey's, il leur reste plus qu'à trouver des façons originales, créatives, et intelligentes de replacer le mot Post-it dans leur script, sans que ça fasse trop "j'ai dit Post-it parce qu'on a reçu un memorandum expliquant qu'il fallait le dire".

Bon, remarquez, ça fait toujours un exercice de style sympathique, l'écriture sous contraintes.

Du coup, l'épisode suivant commence, si me souvenir sont bons, par Meredith et Dereck qui manquent de s'engueuler, mais ne le font pas, parce que chaque reproche qui est fait à l'autre enfreint l'une des règles édictées sur le fameux petit papier.

"Post-it !" dit Meredith à Dereck; qui referme sa bouche, et part bosser.

"Post-it !" dit Dereck à Meredith, qui du coup, se replonge dans son anévrisme purulant et ne dit plus mot.

 

Sais pas pourquoi, j'ai jamais pensé à utiliser ça avec la Grenouille. La prochaine fois qu'il me saoule, je vais lui dire "EGLISE !" ou "MAIRIE !" On verra bien si ça marche !

 

 

 

17 juillet 2010

La Redoute et les Grosses

Est-ce grâce à Beth Ditto que la Redoute s'est enfin mise à recruter des mannequins XXL pour ses grandes tailles ?

grosse.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En tout cas, moi je dis, bravo la Redoute !

Fashion fashion ?

Suis-je la seule à trouver ce style de pompes hideuses ?

 

robe sandales.jpg

 

 

16 juillet 2010

Le rêve

Pour la première fois depuis longtemps, j'ai fait un rêve, un vrai.

Nan pasque, d'habitude, je rêve, et tout, mais le plus souvent, la nuit, je songe à Ugly Betty/Chuck/Prison Break/Meredith Grey.

Là, c'était un vrai rêve.

Tristan avait fait caca dans sa couche il je devais aller lui en chercher une propre.

Pour ce faire, il fallait marcher dans une rue, ce que nous faisions.

La rue, qui passait par la forêt, était inondée.

Un cerf a surgi de l'eau et s'est montré fort mécontent de ce que nous empruntions ce passage qui lui était, semble-t-il, réservé, et nous a jeté un regard froid et menaçant de cygne. Nous avons fait demi-tour en courant.

Je ne courais pas assez vite, la Grenouille m'a prise par la main pour me tirer hors de danger, nous avons commencé à traverser la route, hors de la forêt, j'ai pensé que le cerf ne nous suivrait pas.

Le cerf était en fait un léopard, et il ne ralentissait pas.

Un homme a surgi avec un pistolet tranquilisant (ou chaipas comment qu'on dit).

Moi je voulais m'enfuir encore mais mon homme est resté avec l'homme au pistolet pour l'aider à maîtriser la bête.*

J'ai pensé que la Grenouille m'avait sauvée la vie car j'aurais été incapable de courir assez vite.

J'ai aussi pensé que si le Pouitch avait été là, avec ses petites jambes, jamais il n'aurait pu courir assez vite, et qu'il serait mort.

 

La Grenouille est contente de ce rêve car elle y est dépeinte en véritable héros.

Moi, j'analyse :

- mon fils y est retourné au stade des couches et faisait des cacas identiques à ceux de sa soeur, c'est à dire des cacas de bébé (je vous passe les détails permettant de jusitifier cette affirmation).

- ma fille n'existait pas.

- en relatant ce rêve, j'ai utilisé le mot "la bête" pour parler du léopard. C'est ainsi que la Grenouille appelle la Pouitchenette.

 

EST-CE MA FILLE EST LE LEOPARD DE MON REVE, bébé aux yeux doux de biche mais véritable monstre dévoreur dont on ne peut échapper à moins de l'endormir, en réalité ???

Hum. Je crois que j'ai mis le doigt dessus.

Pas cool.