Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 février 2013

Le mariage, les bébés, et tout et tout

Darren, c'est fini. Maintenant, c'est Isaac. 

Nan mais, j'voulais juste vous l'dire. Si jamais vous aviez du mal à suivre.

17 octobre 2012

L'accouchement par procuration

Titre accrocheur, n'est-il pas ? (Ne dites pas "non", vous allez me miner le moral.)

En fait, le titre est accrocheur parce que le post qui suit ne vous intéresse pas - sauf si vous avez des enfants et êtes pleins de compassion - et /ou en plein dedans, comme nous.

En ce moment, tous les soirs, je revis mon accouchement. Pas personnellement, non, non : en regardant ma fille. Elle se promène dans la maison penchée en avant, gémissant et chouinant, s'accrochant à moi, appeurée par la moindre pensée de ce qui cherche à sortir de son ventre. La différence avec l'accouchement, c'est que quand c'est un vrai accouchement, toi tu veux pousser, et on te dit que c'est trop tôt. Alors que dans le cas présent, on lui dit de pousser, et c'est elle qui dit que c'est trop tôt.

Nan mais sérieux, on a tout essayé.

Le pot.

Les toilettes.

Le "star chart" avec des jolis autocollants, et une promesse de gros cadeau après 10 jours d'autocollants ininterrompus.

La récompense sucrée après livraison de la marchandise.

Les mots doux.

Les mots durs.

Les encouragements à l'américaine.

Les réprimandes à l'ancienne.

Les leçons de morale / de philosophie.

Les culottes et les couches. Les couches-culottes.

Le laxatif. Le weetabix. 

Les livres.

Les dessins animés.

Les petites histoires.

Les petits noms. 

Le faisage de montagne, le pas faisage de montagne.

Le retour en arrière.

 

Rien n'y fait. Tous les soirs, la Pouitchenette gémit. Puis enlève sa couche, à peine souillée mais suffisamment pour l'horrifier et surtout, lui irriter le popotin. Puis refuse qu'on la nettoie, puisque, forcément, ça pique dur. Puis accepte et part se promener dans la maison, sans couche. Puis regémit juste au moment où le Poulet fait sa lecture et la soupe renverse et la Grenouille est au téléphone. Puis se ramène avec du -euh - chocolat plein les jambes et plein la robe, qu'elle n'a pas voulu enlever, et qu'on avait mis propre ce matin, vu que celle d'hier est partie au sale après quelques heures de port, toute couverte de, euh, chocolat.  On nettoie, et on remet une couche. Qui reste, au bas mot, 5 minutes, puis se retrouve souillée de nouveau dans les larmes et les cris. Souillée par 3 ml de, euh, chocolat.

Ca fait 3 mois que ça dure. 

J'en peux plus.

Pourquoi ma fille veut pas faire caca, bordel de bousin ?????!!!!!

 

02 février 2011

Et ben si...

... j'ai osé.

 

Avant :

CIMG8301.JPGAprès :CIMG8305.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Bah, finalement... c'est pas si mal !!!

 

(faut juste pas regarder la conjonctivite récidiviste qui fait des vilaines siennes toutes vertes aux coins de l'oeil...)

Ouf ! ... mais c'est pas fini...

ou : Indécision

ou : Où la Grenouille-Rosbif (ré)apprend (???) à suivre ses instincts et à NE PAS écouter les AUTRES.

Donc.

Dans la nuit de vendredi à samedi, mes oreilles me font mal, puis puis un peu plus mal, puis encore un peu plus mal, puis vraiment très, très, mal et votre Grenouille-Rosbif, tout en se disant que ouf ! à 5h30 la nuit est bientôt finie, se promet d'aller chez le médecin.

Puis mes oreilles font krrrr ksssss kchchchchc pop ! et elles ne font plus mal. Et je décide de pas aller chez le médecin après tout.

Je passe mon samedi matin dans une sorte de brouillard auditif puis l'après-midi je me dis que je vais quand même aller chez le médecin.

Samedi soir j'appelle le médecin de garde, son infirmière me rappelle (oui, ça marche comme ça ici), et me dit que d'après les symptômes que j'ai, ça doit être un caillot de cire et pas une otite. Je décide de ne pas aller chez le médecin.

Mardi je suis presque complètement sourde de l'oreille gauche et en plus j'ai un sens de l'espace assez étrange, l'impression d'être entourée d'un épais mur de briques transparentes, je décide d'aller chez le médecin. Les Pouitchoux m'accompagnent. Antibiotiques, on ne sait jamais.

Mardi soir, à l'heure du coucher, le Pouitch dit : Maman, j'ai mal aux oreilles. Puis : maman, mes oreilles me font mal, et : j'ai mal aux oreilles, Maman. Tout ça en V.O. mais chuis sympa ce soir, je vous la fais en V.F. Je décide de l'emmener chez le médecin.

Quand il n'a pas mal aux oreilles, le Pouitch joue, chante, et se montre très joyeux, et les Grenouilles se rappellent que le Pouitch a le don de souffrir comme par hasard des mêmes maux que sa maman quand celle-ci doit aller chez le médecin et est toujours très impatient d'y aller à son tour. Je décide de ne pas l'emmener chez le médecin.

La nuit de mardi à mercredi, le Pouitch a de la fièvre et a encore mal à l'oreille. Les Grenouilles se rendent comptent qu'elles ont oublié de se dire que si le Pouitch souffrait comme par hasard des mêmes maux que sa mère, c'était peut-être justement parce qu'il souffrait effectivement des mêmes maux que sa mère. Nous décidons que le Pouitch n'ira pas à l'école mais ira chez le médecin le lendemain.

Le lendemain matin, le Pouitch a bien dormi, ne semble plus avoir de fièvre et ne se plaint pas de son oreille. Vu que rater la boulot, c'est chiant, surtout quand c'est la troisième fois en un mois, on décide que le Pouitch ira bien à l'école et n'ira chez le médecin que le soir.

Un quart d'heure plus tard il s'avère que le Pouitch a de la fièvre et nous décidons qu'il n'ira pas à l'école mais ira chez le médecin et que la Grenouille restera travailler tant bien que mal à domicile.

Entretemps la conjonctivite de la Pouitchenette est revenue et on a recommencé les gouttes antibiotiques arrêtées il y a deux jours, sur approbation du médecin. Je décide de l'amener à la crèche en espérant qu'ils accepteront de lui redonner les mêmes gouttes sans ordonnance, et je décide de l'amener chez le médecin le soir pour décider combien de temps les lui donner cette fois.

La dame de la crèche me dit qu'aller chez le médecin n'est pas nécessaire, qu'elle n'a pas besoin d'ordonnance et qu'il me suffit d'appeler le médecin. Je décide de ne pas la ramener voir le médecin mais juste de téléphoner.

Le soir les yeux de la Pouitchenette vont plutôt moins bien et le pharmacien me confirme que si les gouttes ne sont pas restées au frigo elles sont probablement foutues et qu'il ne peut pas m'en vendre d'autres vu que lui et tous les pharmaciens de la terre sont en rupture de stock, il vaut peut-être mieu que j'en demande d'un autre type au médecin. Je décide de retourner voir le médecin.

Le médecin n'arrive pas et je n'ai pas de rendez-vous et il y a une autre dame et ça fait 10 minutes que le cabinet est officiellement fermé et la Pouitchette pleure et je pense qu'elle a de la fièvre donc je décide de rentrer à la maison puis d'aller chez le médecin de garde pour lui demander un autre antibiotique vu que le premier est fichu.

A la maison il s'avère que la Pouitchenette n'a pas de fièvre mais je l'emmène quand même chez le médecin qui me propose de garder quand même les anciennes gouttes vu qu'à son avis elles sont pas fichues.

Puis il me donne une ordonnance pour de nouvelles gouttes vu que je ne sais plus où j'ai mis les anciennes gouttes de départ qui doivent bien être abîmées depuis le temps qu'elles sont pas au frigo et vu que les pharmaciens de la terre entière sont en rupture de stock pour les anciennes gouttes. Je décide que la Pouitchenette prendra les nouvelles gouttes.

Je retourne in extremis voir le médecin avant de quitter le cabinet pour lui demander si lui, perso, il changerait de gouttes, et il me dit que les anciennes gouttes marchent très certainement encore même s'ils ont perdu un chouilla de leur efficacité et que lui si c'était lui il garderait les anciennes gouttes et ne prendrait pas les nouvelles. Je décide que la Pouitchenette aura les anciennes gouttes vu qu'elles doivent bien être quelque part, même si là tout de suite maintenant je sais plus où je les ai mises.

Je rentre à la maison je retrouve les anciennes gouttes dans le sac à langer, bien sûr, et nous en donnons à la Pouitchenette. Je me demande s'il va en rester assez pour durer 7 jours et si j'aurais pas dû lui donner les nouvelles gouttes vu qu'au moins on en aurait eu une bouteille neuve.

Je vais me coucher maintenant parce que franchement y en a assez pour une journée.

A moins que je ne décide de regarder juste un petit épisode du Dr. House. 

Faut voir.

19 janvier 2011

Les progrès des Pouitchoux II

 

 Le Poulet colorie désormais sans (trop) déborder.

Côté dessins, on est passé en quelques mois de ça:

Person stage 1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

à ça :

Person stage 2.jpg

 

 

 

 

 

 

 

puis à ça :

Person stage 3.jpg

 

 

 

 

 

 

 

à ça:

Person stage 4.jpg

 

 

 

 

 

 

 

pour aboutir à ça:

Person stage 5.jpg

 

 

 

 

 

 

 

(vous excuserez les reproductions faites de ma main, hein mon scanner ne marche pas.)

 

Le Pouitch-Poulet chante de plus en plus et toujours juste, et fait la fierté de sa maman.

Le Pouitch-Poulet fait toujours autant de câlins à sa soeur, et commence à savoir la soulever.  Ce qui n'est pas complètement inutile quand la Pouitchenette est montée sur la première marche de l'escalier et empêche sa mère d'ouvrire la barrière de sécurité pour finir sa descente de l'escalier.

Le Pouitch-Poulet commence à savoir lire. Sans les épeler, il sait lire les mots "ham", "rat" et - ah ben j'ai oublié, tiens.

Le Pouitch fait des chemins de fer de plus en plus compliqués et des gares/fêtes foraines/prisons en légo de plus en plus compliquées, qu'il faut prendre en photo après réalisation et avant la destruction de l'oeuvre. L'appareil photo déborde donc de portraits d'inventions, mais vu que la Grenouille a laissé le chargeur en France, je vais avoir du mal à vous les montrer.

 

La Pouitchette, elle, fait tous comme les grands. Enfin, presque.

Elle se hisse debout avec la plus grande facilité et passe sa vie accrochée aux pantalons de sa mère.

Elle monte les escaliers, surtout quand ses parents ont oublié de fermer la barrière de sécurité, histoire de leur montrer qu'elle peut arriver à la 8è marche sans encombre.

Elle fait coucou de la main pour dire "bonne nuit" dès qu'elle pense qu'il est l'heure de se coucher, et essaie de remettre ses barettes quand elles tombent, de se brosser les cheveux et d'enlever ses vêtements ou son bavoir quand elle en a marre de les porter.

Quand elle a fini de manger, elle descend de table. C'est à dire : elle soulève la tablette de sa chaise haute et se laisse glisser.

Quand le microondes fait "ding!" la Pouitchette tend l'index et vous somme de vous rendre instantanément à la machine à repas afin d'y cueillir le sien. Même si c'est pas le sien, d'ailleurs.

Quand la Pouitchenette a envie de téter, et que sa mère est assise par terre, elle se hisse debout, sa petite tête en face du visage de sa maman, s'accroche aux épaules de celle-ci, puis passe obstinément l'un de ses pieds sur la cuisse de sa mère, pour lui signifier que là, maman, il faut l'allonger en position d'allaitement.

Dès que la musique démarre, la Pouitchette tape des mains, danse le twist et tourne ses poings en l'air.

Si son frère fait des bruits malpolis avec sa bouche, la Pouitchnette en fait autant, et éclate de rire.

La Pouitchenette aime les Cherios, les pâtes et les raisins, mais pas les purées. Et gare à toi si tu lui donnes une compote.

 

Le Pouitchoux sont adorablements parfaits et monstrueusement chiants.

Et on les mangerait.

14 juin 2010

Le Pouitch et la Pouitchenette

Pour ceux que ça intéresse, il est peut-être temps que je fasse une note un peu factuelle sur les Pouitchoux ; histoire de vous dire où c'est quiz en sont et tout ça et tout ça.

 

Sachez donc que le Poulet joue beaucoup moins au train qu'avant, même si, parfois, il s'enferme dans le salon pour mettre en scène une "histoire" - représentation à laquelle seule son auguste personne a le droit d'assister.

Son bonheur du moment, c'est l'Ecriture. Ah ! Enfin ! Oui, parce que, "écrire" à l'ordinateur, ça n'est pas vraiment écrire... Votre Grenouille-Rosbif dévouée a retrouvé dans ses affaires scolaires un ... un... un machin en plastique pour tracer les lettres dont la Grenouille-Rosbif est incapable de retrouver le nom, même en gougueulant "fournitures cours de technologie"... Vous voyez ce que je veux dire, non ? Mais si, allons, une petite règle pleine de trous en forme de lettres, c'était pour le cahier des charges, je crois ! Bref, la Grenouille-Rosbif a trouvé ça et l'a ramené pour le Pouitch. Qui se délecte du traçage de lettres en tous genres.

Et puis, il commence à écrire son prénom.

T. r. I. s à l'envers. t. A. M. Ah, non, N.

 

Le Pouitch a appris à ses dépens qu'on ne tapait pas ses copains, même quand ceux-ci piquaient vos jouets. Si on les tape, ce ne sont plus vos copains. Fort heureusement, après quelques semaines de bouderie, en général, ceux-ci retrouvent leurs esprits et veulent de nouveau jouer avec vous, m'enfin faudrait pas pousser le bouchon quand même, ou ça risque de mal se finir, c't'affaire.

Le Pouitch s'entraîne à faire toutes sortes d'acrobaties, puis à dire "Mummy, look what I can do!" Faire un pont humain entre le canapé et la table basse, tenir en équilibre sur une jambe, sauter sur le canapé face aux coussins et se retourner à la mi-parcours pour se retrouver dos aux coussins. Etc. etc. etc. Il est temps que le Pouitch aille à l'école et fasse un peu de gym, de la vraie. On lui dit que puisqu'il tient tellement bien en équilibre, il est temps d'enlever les petites roues du vélo, mais vu que celles-sont ont dernièrement été rabaissées, ça ne risque pas de se faire de sitôt.

Le Pouitch entre à l'école en Septembre. Je vous promets une photo du monsieur dans son uniforme lorsque celui-ci sera acheté et revêtu. Pour lors, sachez qu'il est rouge et gris. En attendant, le Pouitch se rend demain dans sa future salle de classe pour faire un peu de coloriage en compagnie des autres élèves et de la maîtresse.

 

Le Pouitch et la Pouitchenette partagent désormais une chambre. Le Pouitch dort dans un très, très grand lit, en attendant que Mathilde fasse ses nuits. En attendant, la G-R se pose à côté du Pouitch pour allaiter sa fille à 2h du mat. Et à 4h. Et à 6h. Si, si. C'est à dire que la Grenouille-Rosbif profite de la place si elle existe. Car depuis que le Pouitch a vu son couchage promu, il a tendance à s'étaler quelque peu et à se poser complètement en travers du lit.

 

La Pouitchenette, elle, ne dort pas. Elle s'endort parfois seule en journée, mais lorsqu'elle se réveille la nuit, pas question de se rendormir seule. La Grenouille-Rosbif découvre encore une fois que les Irlandais aiment laisser faire les enfants à leur rythme, et apprécie le fait qu'on ne lui dise pas que sa fille devrait vraiment, vraiment savoir tenir toute une nuit et qu'elle doit la programmer pour ça. La G-R aime le fait que les "nurses" du Health Centre lui disent "il faut laisser le temps au temps" et n'utilisent pas des mots comme "céder" et "manipuler" et "tester". La G-R maudit pourtant l'Irlande de lui avoir refourgué le modèle de bébé qui veut laisser le temps au temps et insiste pour ne pas dormir plus de trois heures d'affilée à 6 mois.

La Pouitchenette mange. Un peu. De la patate douce, de la courge butternut, de la farine de riz : tout ce qu'il y a de plus classique ici. La Pouitchenette apprécie la betterave, surtout agrémentée de doigt et de bavoir. La Grenouille-Rosbif a décidé que la betterave n'est pas ce qu'il y a de mieux pour lancer la diversification.

La Pouitchenette se roule sur le côté.

La Pouitchenette essaie très, très fort de s'asseoir et ne peut plus voir son transat en peinture. La Pouitchette parvient à se pencher en avant et pose prèsque le ventre à terre tellement qu'elle est souple ; en revanche, elle ne sait plus se redresser. Résultat : grosse mare de bave garantie.

La Pouitchenette sourit. Beaucoup. Surtout quand elle voit son frangin. Ou son papa.

La Pouitchenette rit si son frère rit, sans savoir pourquoi elle le fait.

La Pouitchenette est toujours brune, a perdu ses croûtes de lait et n'est plus chauve à l'arrière de la tête.

 

Le Pouitch et la Pouitchenette s'adorent, et c'est tant mieux. On verra bien comment ce sera dans un an !

 

 

09 mars 2010

Progrès !

Donc.

 

Notre Pouitchenette commenc - enfin !!- à comprendre que la nuit, c'est la nuit : quand je la repose dans son lit après une tétée, elle se rendort. Youpi !

Elle commence à faire des périodes de 4 à 6 heures la nuit ; en fait, au cours des deux dernières nuits, votre Grenouille-Rosbif préférée n'a été réveillée qu'une seule fois !

La Pouitchenette sourit, oh, elle sourit !

La Pouitchenette gazouille. Arrreuh ! Ah !

La Pouitchenette a très, très envie de se lever et de s'asseoir.

La Pouitchenette mesure 61cm et pèse 5kg840.

 

La Pouitchenette grandit !

21 février 2010

Mauvaise mère

Ma fille a désormais une expression qui dit : "attention, je vais pleurer !"

Ca me fait rire.

Suis-je une mauvaise mère ?

09 février 2010

Evidemment...

... ma fille ne dort pas de la matinée, m'empêchant de faire quoi que ce soit d'autre que regarder des séries en streaming (vous avez déjà essayé de faire du repassage ou de la vaisselle avec un bébé dans les bras ? Ou encore dans une écharpe de portage ? Oui, bon, passer l'aspirateur, j'aurais pu, bon, bref, changeons de sujet...)

 

... et ma fille s'endort à midi, à l'heure où je dois manger moi-même et filer chercher mon fils. Accessoirement, c'est aussi l'heure à laquelle je cesse de me dire "ben chuis pas fatiguée, finalement, je commence vraiment à prendre le rythme", et où à cette pensée optimiste succède plutôt le sinistre "je veeeeux mon liiiiiiiit ou je ne vais pas tenir jusqu'à ce soir !!!".

 

Bref. La vie avec un bébé, c'est une grande aventure.

C'est quand déjà, qu'elle est supposée commencer à sauter des tétées la nuit ???*

 

*Question purement rhétorique, n'appelant aucune réponse. Votre réponse me déprimerait. Ou bien serait paternaliste. Ca va, je m'en sors, je sais bieeeen qu'à chacun son rythme, ça va, j'attends patiemment que ma fille se décide. Oui, oui.

03 janvier 2010

Le sommeil d'une Pouitchenette

Après la tétée :

Mmmm que c'est beau la vie... !

NOOOOON vous ne me poserez pas ! D'ailleurs j'ai trèèès mal au ventre ! Reprenez moi !

Mmm ça va mieux.

Mmm.

Mmmmmm.

Mmmmmmmmmmmm. Dodo.

[Ne nous excitons pas, cette première phase dure entre 20 minutes et 1h20]

...

...

........

1 heure plus tard :

Faudrait que-...zzzzZZZZZZZZ

...

1h 10 plus tard :

J'aimerais-...zzzzZZZZZZZZ

...

1h25 plus tard :

Vraiment, j'aimerais-...zzzzZZZZZZZZ

...

1h40 plus tard :

Il serait temps pour moi-...zzzzZZZZZZZZ

...

1h55 plus tard :

Dites-donc j'ai dit que-...zzzzZZZZZZZZ

...

2h25 plus tard:

NON MAIS DITES-DONC, CA FAIT TROIS HEURES QUE JE VOUS DIS QUE JE VEUX MANGER, MOI, LA, VOUS M'AMENEZ LE MIAM MIAM TOUT DE SUITE, ET PLUS VITE QUE CA, S'IL VOUS PLAIT, NON MAIS OH !